Accueil / Viticulture / Les chevaux remplaceront les tracteurs au Château Pontet-Canet

Vignoble de croupes
Les chevaux remplaceront les tracteurs au Château Pontet-Canet

Lubie passéiste pour certains, la traction animale est indissociable du respect du terroir, selon Jean-Michel Comme, le directeur technique de ce cinquième cru classé de Pauillac.
Par Alexandre Abellan Le 06 avril 2016
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les chevaux remplaceront les tracteurs au Château Pontet-Canet
Ce 4 avril, deux Bretons tractent un outil de pulvérisation de la vigne sur les croupes, ou collines, de Pauillac. « Tout sauf un show pour les primeurs » précise Jean-Michel Comme. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
A

u Château Pontet-Canet, « les chevaux sont arrivés comme la seule réponse possible à la problématique du compactage des sols », résume Jean-Michel Comme, au détour d’une dégustation en primeur du millésime 2015. De nature discrète, le technicien confirme à ceux qui ne le croient pas que son objectif est, à terme, de travailler l’ensemble des 81 hectares de la propriété avec des chevaux de trait, contre la moitié des surfaces aujourd’hui, avec cinq meneurs dédiés à huit chevaux (deux percherons et six bretons).

Pour y arriver, Pontet-Canet doit accueillir, à terme, une quinzaine de chevaux. La construction d’écuries est en cours, les travaux devant s’achever courant 2017 pour accueillir 20 boxes. Ceci fait, il faudra encore trouver et former physiquement ces chevaux. Ce qui demandera immanquablement de nouveaux efforts, notamment économiques. Que Jean-Michel Comme élude : « Il est plus difficile de travailler avec des animaux qu’avec des tracteurs. Et il est encore plus compliqué de les posséder à la propriété. »

Mais le technicien ajoute immédiatement que les chevaux sont équipés d’un matériel moderne, spécialement conçu : « On n’est pas au XIXe siècle, notre but est d’être précis. » Ayant obtenu la certification en biodynamie en 2005, Jean-Michel Comme est habitué à être vu comme un gentil hurluberlu, au mieux idéaliste, au pire rétrograde. Sans se départir de son flegme, il martèle que ce choix s’inscrit « dans un raisonnement réfléchi, cohérent et dans l’intérêt de la vigne ».

Ce que l’on fait ici, c’est la stratégie du moins pire


Selon lui, le vignoble girondin est aujourd’hui en danger : « Quarante ans d’utilisation de tracteurs enjambeurs ont tassé la terre sur 50 centimètres. Il n’y a plus d’air et plus de microbes. En supprimant la cause, on pense décompacter, mais cela ne se fera que sur des années. De toute façon, un vignoble se gère à long terme. A fortiori, un grand cru classé. »

Passionné, Jean-Michel Comme se fait un point d’honneur à ne jamais donner de leçon. Et encore moins à se placer en exemple. « Nous ne sommes pas ambitieux, mais souhaitons arrêter d’agresser notre terroir. On cherche à avoir l’impact le plus neutre sur l’environnement », résume-t-il.

À noter que pour les préparations en biodynamie 500 (bouse de corne), la propriété élève également ses propres vaches. Ce cheptel de race bordelaise est actuellement constitué de deux vaches, d’un taureau et d’un veau.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (5)
Egmont Labadie Le 17 janvier 2018 à 15:47:42
Bonjour, pour comprendre comment Pontet-Canet fonctionne avec les chevaux, il faut savoir que le ch?teau a cr?? et fait fabriquer des tracteurs l?gers aliment?s par panneaux solaires auxquels les chevaux sont attel?s. De cette fa?on la traction est de type ancestral et ne compacte pas le sol, mais la vitesse est moderne. Pour en savoir plus, voici une vid?o r?alis?e au domaine l'ann?e derni?re : https://www.youtube.com/watch?v=D0K5-m6v_us Les innovations d?velopp?es par Pontet-Canet seront sans conteste reconnues dans le futur comme des avanc?es majeures pour la protection des sols dans le vignoble bordelais, o? les propri?t?s importantes en surface sont nombreuses, et o? donc le personnel ne peut pas suivre ? pied derri?re le cheval.
Signaler ce contenu comme inapproprié
rol Le 16 janvier 2018 à 16:42:09
Et tout les gogos applaudissent....R?fl?chissons ...1Ha en lin?aire pour 1 cheval repr?sente 17 km multipli? par 81 Ha soit pour 1 seul passage sur la propri?t? un total de 17x81 =1377 Km par passage et ? Paulliac et en Bio c'est une moyenne de 20 ? 25 passages/an soit 1377 x 22 = 30 000. Km /saison et seulement pour les traitements ....il reste les travaux hors saison .......et tout ?a avec ..6 chevaux....Du travail en pr?vision pour la S P A....Triste et sinistre..!!! il y a 50 ans , on a invent? le tracteur pour soulager ces animaux et aujourd'hui c'est la GLOIRE ...tout comme le Milliardaire Pinault qui veut faire du Bio mais a honte et refuse de poser la marque Bio sur l'etiquette....Marketing..marketing ..quand tu nous tiens , ce sont les millions qui tintent dans nos poches.....
Signaler ce contenu comme inapproprié
docbarthou Le 08 avril 2017 à 20:20:19
de plus le purin de vache est meilleur que celui de cheval pour amonder les sol
Signaler ce contenu comme inapproprié
La R?daction Le 08 avril 2016 à 19:05:03
Bonjour Doug33250, Le ch?teau Pontet-Canet a re?u en 2013 la visite d'une repr?sentante de la fondation Brigitte Bardot, qui n'a pas donn? suite apr?s ?change avec M. COMME.
Signaler ce contenu comme inapproprié
doug33250 Le 08 avril 2016 à 13:00:15
C de la maltraitance aux animaux
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé