LE FIL

Languedoc

Inquiétude des vins de pays d'Oc face au péril espagnol

Vendredi 01 avril 2016 par Michèle Trévoux

Jacques Gravegeal, au centre : 'Il y a risque énorme qu’on paie cash une erreur de l’OCM de 2008 qui a autorisé la mention du cépage sur les VSIG'.
Jacques Gravegeal, au centre : 'Il y a risque énorme qu’on paie cash une erreur de l’OCM de 2008 qui a autorisé la mention du cépage sur les VSIG'. - crédit photo : Michèle Trévoux
L’ODG des Pays d’Oc lance une série de réunions de terrain pour informer les producteurs sur la situation économique préoccupante, liée entre autres aux importations massives de vins espagnols.

« Nous n’en avions plus fait depuis deux ans, mais la conjoncture économique nous amène à organiser ces réunions de terrain pour vous informer sur la situation».  Ce mercredi 30 mars à Lézignan Corbières, Jacques Gravegeal, président de l’ODG pays d’Oc, la mine grave, donne le ton pour cette première des trois réunions de terrain organisées sur 15 jours dans l’Aude, le Gard et l’Hérault. A la tribune, il est entouré de huit administrateurs de l’ODG.

"Les vins « dits de cépage » espagnols prennent la place de nos cépages français"

L’inquiétude première vient de l’offensive des vins espagnols sur le marché français.  5,4 millions d’hl dont 3,5 millions d’hl de vins sans IG sans mention de cépages ont été importés en 2015. Dans le même temps, les ventes d’IGP pays d’Oc dans la GD française marquent le pas pour la première fois depuis 8 ans.  « Les vins « dits de cépage » espagnols prennent la place de nos cépages français. Il y a risque énorme qu’on paie cash une erreur de l’OCM de 2008 qui a autorisé la mention du cépage sur les VSIG », s’insurge le président qui a écrit au Ministre de l’Agriculture pour réclamer un affichage clair de l’origine de ces vins, notamment sur les BIB.

« Nous avons alerté les pouvoirs publics depuis début novembre sur ces importations massives. Tout le monde s’en fout. On nous méprise. On va passer à des opérations de terrain », s’échauffe Frédéric Rouanet, président du syndicat des vignerons de l’Aude.

Terre du Midi dans le viseur

L’autre source d’inquiétude pour les pays d’Oc, même si elle n’a pas été  ouvertement présentée lors de la réunion, provient de la future IGP Terres du Midi, regroupement des trois IGP de département. « Il y a une incohérence dans la segmentation de la production régionale : avec un prix moyen de 79,60 €/hl, les IGP de département sont moins valorisés que les VSIG à 82 €/hl », souligne Florence Barthès, la directrice de l’ODG.  « Le marché laisse la place à une production sans mention de cépage, valorisé à un prix inférieur à celui des pays d’Oc. Il faut développer ce segment mais en cohérence avec les autres productions. Coop de France propose que Terres du Midi soit rattaché à l’OGD pays d’Oc », plaide Ludovic Roux, président de la Fédération des caves coopératives de l’Aude. Une main tendue qui n’a pas reçue de réponse. « C’est à l’issue de ces trois réunions de terrain que le conseil d’administration tirera les conclusions de ces rencontres et fera des propositions », a conclu Jacques Garvegeal.

Le retour en grâce du Carignan
Le conseil d’administration de l’ODG pays d’Oc a décidé de modifier le cahier des charges pour intégrer le Carignan en cépage principal. « C’est un cépage autochtone, qui résiste bien au stress hydrique et permettrait de créer un nouveau créneau commercial. Il représente 25 000 ha, ce serait donc un levier de croissance avec une offre supplémentaire en rouge disponible dès le millésime 2016 », a argumenté Florence Barthès. Ce cépage identitaire de la région, connaît d’ailleurs un regain d’intérêt dans certains vignobles étrangers comme au Chili par exemple où un regroupement de 12 domaines , Vignadores de Carignan, oeuvrent pour offrir à leur pays sa première appellation d’origine avec ce cépage. « N’est-ce pas tuer Terres de Midi avant même sa naissance ? s’est interrogé, narquois, un viticulteur dans la salle. (NDLR : le carignan étant le cépage majoritaire de cette future dénomination). « C’est une demande des metteurs en marché que nous étudions depuis un an », lui a rétorqué Jacques Gravegeal. Le cahier des charges de l’IGP Oc va autoriser le Carignan en mono-cépage mais uniquement pour les vignes de plus de 15 ans. Il intègre également l’Alvarinho. Autre nouveauté : la mention Vieilles Vigne pourra être utilisée les cépages rouges pour les vignes de plus de 25 ans. A la demande de nombreux viticulteurs audois présents dans la salle, le cas du Caladoc, largement planté dans l’Aude sera prochainement examiné.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé