Accueil / / Martell revendique la première distillerie certifiée « management de l'énergie »

Cognac
Martell revendique la première distillerie certifiée « management de l'énergie »

La distillerie de Gallienne vient d'obtenir le niveau 2 de la norme ISO 50 001, qui couronne notamment la réduction d'un cinquième de sa consommation d'énergie en cinq ans.
Par Alexandre Abellan Le 25 mars 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Martell revendique la première distillerie certifiée « management de l'énergie »
« Si nous avons modifié nos équipements pour réduire nos consommations » se félicite Benoît Fil, « nous ne pouvons rien changer à la méthode de distillation elle-même, car ses paramètres (débit et température du distillat notamment) conditionnent la qualité de ce dernier en sortie d’alambic ». - crédit photo : Pernod Ricard
l

« La construction de notre système de management de l'énergie a débuté en 2011 (avec le cabinet spécialisé Okavango). En 2013, nous avons obtenu le niveau 1 de la certification ISO 50001 et nous venons d'en obtenir le niveau 2 » résume Benoît Fil, le maître de chai de Martell (filiale de Pernod Ricard). Devenue la première distillerie de l'AOC Cognac certifiée ISO 50 001, la distillerie de Galienne travaille depuis 2009 à la réduction de sa facture énergétique. Pour faire face aux enjeux du réchauffement climatique, c’est bien sur le long terme qu’elle s’est engagée avec la mise en place d’un système de management des consommations d’énergie. Suivant ainsi la philosophie de l’ISO 50 001, qui repose sur cette démarche d’optimisation continue des consommations d’énergie.

Cette démarche a changé les équipements et les méthodes de travail

A la distillerie, cela s’est traduit par un audit des principaux postes de consommation, puis des propositions d’optimisations technologiques. « Cette démarche a impliqué tout le personnel de la distillerie et a entrainé des changements profonds, tant dans les équipements que dans les processus et les méthodes de travail » précise Benoît Fil. En pratique, les trois-quarts des brûleurs atmosphériques sous les alambics ont déjà été remplacés par des brûleurs à air pulsé et foyer étanche (l’opération de substitution doit s’achever pour la campagne 2016-2017).

Mais d’autres évolutions techniques ont été adoptées, que Benoît Fil énumère : « la mise en place d'un système de préchauffage des vins, par échangeur à plaque, lors de la charge des alambics (en utilisant les calories des eaux-chaudes produites pendant la distillation) », « la chasse aux fuites d'air comprimé et le remplacement de notre compresseur par un compresseur de taille inférieure (moins énergivore) ».

Incitant à l'amélioration continue de ses performances énergétiques, l'ISO 50 0001 pousse à se projeter sur l'étape suivante. « Ce sera peut-être l'étude de sources d'énergie alternatives » conclut Benoît Fil, qui glisse essayer à cet effet un alambic pilote.

A lire aussi

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (1)
Cognac XO Le 28 mars 2016 à 23:03:37
Bravo Martell...Quand est ce qu'on supprime les groupes de froid pour refroidir les eaux chaudes de distillation? ....dej?, si on fait ?a, on passe 2 niveaux au dessus...Moi, je devrait etre ISO 50001 niveau 3 ? en croire...
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé