LE FIL

Champagne

Un Viti-Vini tourné vers l’environnement

Vendredi 18 mars 2016 par Aude Lutun

Les partenaires du salon Viti-Vini autour du président du club des entrepreneurs champenois, Christophe Labruyère (troisième à gauche).
Les partenaires du salon Viti-Vini autour du président du club des entrepreneurs champenois, Christophe Labruyère (troisième à gauche). - crédit photo : Aude Lutun
Le prochain salon professionnel Viti-Vini débutera le 11 octobre. Un pôle Environnement va être créé pour faciliter les échanges autour de la viticulture durable.

La neuvième édition du salon Viti-Vini, qui se tient à Epernay (Marne) tous les deux ans en alternance avec le Viteff, est lancée. Il se tiendra du mardi 11 octobre au vendredi 14 octobre au Millésium d’Epernay, avec la traditionnelle nocturne du jeudi soir (21h). En 2014, ce salon avait accueilli 13 500 visiteurs avec 180 entreprises connexes au monde du champagne exposant sur 12 000 m2.

A LIRE AUSSI

Viti-vini, huitième édition
« Un salon organisé pour les champenois, par des champenois »
Salon technique, mais pas que
Le VITeff 2015 attire 20 000 visiteurs

« Nous souhaitons que ce salon demeure le rendez-vous incontournable de la filière viticole, précise Christophe Labruyère, président du club des entrepreneurs champenois, co-organisateur du Viti-Vini. Notre ambition est d’encourager l’économie circulaire en faisant travailler les entreprises régionales ». Le budget, maîtrisé, va passer de 575 000 € à 625 000 €. L’augmentation sera affectée à la mise en place de 600 m2 supplémentaires et à la gestion internet des invitations. « Nous serrons nos dépenses pour pouvoir accueillir des petits exposants », poursuit Christophe Labruyère. Ainsi, le stand (à l’intérieur) de 9 m2 coûte 920 € HT pour quatre jours.

Une ouverture vers l'Alsace

Parmi les innovations du prochain salon, le Jardin des nouveautés, espace où sont exposés les nouveaux produits, sera mieux placé afin de gagner en visibilité. Un pôle Environnement va être créé, pour que les viticulteurs puissent rencontrer les experts en viticulture durable. Pour répondre à cet enjeu majeur, « la filière a besoin de faire évoluer les métiers et les outils, souligne Laurent Panigaï, directeur général adjoint de Nicolas Feuillatte, partenaire du salon. Les échanges avec les entreprises connexes permettent de trouver des solutions et de se projeter dans les nouvelles fonctionnalités des outils. Dans vingt ans, un tracteur aura également une fonction de récupération et de gestion des données ».

Dernière nouveauté, grande région oblige, la journée du jeudi sera consacrée à l’Alsace. Des initiatives vont être mises en place pour inviter les vignerons alsaciens à découvrir ce salon.

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé