Accueil / Politique / « En 2020, l'AOC Bordeaux pourra prétendre à la mention cru d'exception »

Hervé Grandeau
« En 2020, l'AOC Bordeaux pourra prétendre à la mention cru d'exception »

S'avouant optimiste, mais pas irréaliste, le président du syndicat viticole de Bordeaux et Bordeaux supérieur est confiant dans la création d'une hiérarchisation visant la valorisation.
Par Alexandre Abellan Le 14 mars 2016
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
« En 2020, l'AOC Bordeaux pourra prétendre à la mention cru d'exception »
Sur le stand Prowein des vins de Bordeaux, Hervé Grandeau juge que la plus importante AOC de France en volume Bordeaux mérite bien une mention distinctive. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
V

otée ce 26 février à l’assemblée générale de l’ODG Bordeaux et validée ce 3 mars au Comité Régional de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (CRINAO), la mention cru d’exception des Bordeaux Supérieurs doit désormais être soumise au Comité National de l’INAO. Si le projet de mention distinctive est encore loin d’être concrétisé, c’est déjà « l’acceptation d’un projet réfléchi et fiable » se félicite le vigneron Hervé Grandeau, le président des Bordeaux et Bordeaux supérieur.

Ce projet ne date en effet pas d’hier, trouvant ses origines en 2009, dans le projet d’appellation Bordeaux premier cru (alors imaginée en remplacement de Bordeaux Supérieur). Si la forme a changé, ses objectifs restent inchangés : la reconnaissance qualitative et la valorisation économique. « A Bordeaux, quand on n’a pas la chance d’être bien né dans une appellation communale, on reste dans l’ombre. Même si l’on est une pépite. La mention permettra de donner la possibilité à l’excellence d’exister, et d’être valorisée » annonce Hervé Grandeau.

Il faut donner de l’espoir, et de l’aura

Et à ceux qui craignent que cette mention n'ajoute de la confusion avec un nouvel échelon à la pyramide des Bordeaux, ses promoteurs rétorquent qu’il évite au contraire la balkanisation du système actuel. « Aujourd’hui, pour construire un cru, il faut passer de l’AOC régionale à la sous-régionale, puis à la communale, etc. On ne veut pas créer de la complexité avec l’AOC Bordeaux Supérieur Sauveterre de Guyenne cru d’exception de tel lieu-dit » explique Hervé Grandeau, qui ajoute que « cette mention pourrait être transversale à l’avenir, à la convenance des ODG ».

Innovante, cette réponse aux enjeux de hiérarchisation pourrait en effet inspirer à Bordeaux, mais également dans les nombreux autres vignobles français y travaillant actuellement (Cahors, Languedoc, Muscadet…). Pour la mention Bordeaux Supérieur cru d’exception, il reste encore à finaliser un cahier des charges, de définir les limites parcellaires, de valider les crus par la dégustation… Mais Hervé Grandeau reste serein : « cela peut aller vite. Et je me dis qu’en 2020, l’AOC Bordeaux pourra prétendre à la mention cru supérieur. »

Volumes

L’objectif de cette mention serait de distinguer 0 à 10 % de la production de Bordeaux Supérieur. Soit 25 à 50 000 hectolitres par an. En 2015, le vignoble girondin a produit 1,8 million hl de Bordeaux rouge et 551 000 hl en Bordeaux supérieur.

Tags : Bordeaux
Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé