LE FIL

La France s’ouvre aux vins étrangers

Vendredi 26 février 2016 par Marion Sepeau Ivaldi

Le Prosecco serait-il un de ces signaux faibles qui annoncent un changement plutôt radical ? En deux ans, l’appellation italienne a gagné sa place dans les linéaires français. Une progression d’AOP étrangère qui ne s’est jamais vue et apparaît, à certains, comme à peine croyable. Longtemps, le marché français a été une forteresse imprenable pour les vins d’ailleurs. Mais, il semble bien que les choses soient en train de changer. Et ce n’est plus seulement sur le vrac que l’on va voir se modifier la donne, mais aussi sur la partie plus visible dans les linéaires, chez les cavistes et les restaurateurs. Les français voyagent, goûtent à toutes sortes de gastronomies. Et la mode est à l’originalité, à la découverte de territoires vinicoles peu fréquentés que sont les vins de cépages rares ou les vins naturels… Les vins étrangers peuvent jouer cette carte (d’ailleurs, Freixenet s’en donne à cœur joie !) pour pénétrer le marché hexagonal. Mais derrière cette évolution, il y a un paradoxe : elle intervient dans un contexte où afficher son goût pour le tricolore n’a jamais été aussi bien perçu. Il y aura peut-être encore des résistances), surtout si les viticulteurs s’en mêlent. Comme c’est le cas dans l’Aude !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
vinalliance Le 26 février 2016 à 22:07:22
Le Prosecco pourrait être un effet de mode et sa progression est principalement due à son utilisation en cocktail (Spritz). Par contre la progression des vins étrangers en général est une réalité due à la dégradation du rapport qualité/prix des vins français dont les prix ont fortement augmentés soit à cause d'une forte demande mondiale, comme pour les grandes appellations bordelaises et surtout les Bourgogne, soit à cause de rendements en berne ces dernières années culminé par une année 2013 catastrophique avec des vignerons qui ont rentré moins de la moitié d'une récolte normale. Difficile dans ces conditions de ne pas augmenter ses tarifs, même lorsque l'année est très moyenne, quand ailleurs les prix restent stable voir baissent comme en Espagne où l'on trouve actuellement les meilleurs rapport qualité/prix au Monde. Résultat, les français perdent des parts de marchés partout et maintenant en France. Espérons que celà incite certains à être moins gourmand et que ceux qui ont augmenté à cause des rendements faibles puissent rebaisser leur tarif avec de meilleures récoltes ... mais j'en doute ...
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé