Accueil / Commerce/Gestion / Le Royaume-Uni (re)devient le premier marché en volume

Vins de Cahors
Le Royaume-Uni (re)devient le premier marché en volume

L'appellation du Lot bénéficie de l'effet malbec, mais ne parvient pas encore à valoriser sa gamme comme sur les marchés américains et canadiens.
Par Alexandre Abellan Le 19 février 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le Royaume-Uni (re)devient le premier marché en volume
Après avoir vu réduit à presque rien ses expéditions vers le marché anglais entre 2006 et 2010, les vins de Cahors en font désormais leur première destination export. - crédit photo : Visitlondon
E

n 2015, le vignoble d’appellation Cahors a expédié 10 200 hectolitres de vin vers le marché anglais. Soit une croisance de +13 % par rapport à 2014, consolidant la reprise des importations britanniques après le passage à vide de 2006-2011 (voir graphique ci-dessous). Le Royaume-Uni a ainsi détrôné le Canada (9 200 hl, +2 %), devenant la première destination cadurcienne. « C’est un retour historique, l’Angleterre était déjà la première destination des cahors au Moyen-Âge. Et les Anglais sont toujours restés nos premiers oenotouristes » note malicieusement Jérémy Arnaud. N’ayant pas investi un kopeck dans la promotion en Angleterre, le directeur marketing de l’Union Interprofessionnelle des Vins de Cahors souligne que l’appellation bénéficie de la mode sur le cépage malbec, popularisé par l’Argentine. Mais ce renouveau anglais reste concentré sur les cuvées de coeur de marché. Car si le Royaume-Uni détrône le Canada en volume, ce n’est pas le cas en terme de chiffre d’affaires. Ne détaillant pas les statistiques en valeur, Jérémy Arnaud glisse que « le prix de vente moyen de Cahors sur le marché anglais est deux fois moindre que ceux des marchés américains et canadiens ».

Le marché progresse en volume, pas en valorisation

Le Royaume-Uni restant un marché particulièrement compétitif (comme l’Allemagne ou les Pays-Bas), il s’agit pour Cahors d’« une percée en volume, par le prix. On n’arrive pas à encore à imposer nos prix et y proposer nettement le reste de notre gamme » ajoute Jérémy Arnaud. Ayant fait part des performances cadurciennes à des collègues argentins, il rapporte leur réaction sans équivoque : « les Anglais ne vous traitent pas mieux que nous question prix ! » Sur le marché anglais, le challenge de Cahors est désormais d’exister par des vins plus rémunérateurs. Mais pour l’interprofession, les cibles marketing à l’export restent le Canada (et plus particulièrement ses états anglophones) et surtout les Etats-Unis (où ils jouent depuis 2009 la carte complément de gamme du « French Malbec »).

En 2015, les exportations de Cahors se élevées à 37 800 hectolitres pour un chiffre d'affaires de 16,35 millions d’euros (respectivement +8 et +14 % par rapport à 2014). Actuellement, le quart des volumes de Cahors sont exportés, l’objectif de l’interprofession est de passer à la moitié.

 

Evolution des importations anglaises de Cahors de 2002 à 2015 ; UIVC

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé