Accueil / Commerce/Gestion / Les rosés diversifient leur gamme

Stratégie
Les rosés diversifient leur gamme

En matière de nouveauté en rosés, chaque entreprise à sa stratégie. Tandis que certains opèrent une montée en gamme, les autres s'inquiètent de conforter leur base. Trois stratégies à la loupe.
Par Marion Sepeau Ivaldi Le 17 février 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les rosés diversifient leur gamme
Paul Aegerter et David Colliot (de gauche à droite), les deux beaux gosses derrière Les Jolies Filles. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
D

Domaine Haut-Lirou, Pic Saint-Loup : la montée en gamme

La cuvée Constance, en hommage à la dernière de la génération de la famille Rambier, est lancée cette année pour le millésime 2014. Seulement 925 bouteilles, toutes numérotées, sont disponibles de ce rosé haut de gamme positionné à un prix public de 14 euros. Cette IGP de Saint Guilhem-le-désert est un assemblage de 80% de syrah et 20% de grenache, élevée en fûts neufs durant quatre mois. Constance permet de coiffer le haut de la gamme de ce domaine qui commercialise Haut-Lirou et les 3 Poules, soit 350 000 bouteilles par an.

 

Wine Not s’ouvre à la grande-distribution et crée son haut de gamme

La société de négoce, Wine Not, créée en 2008, est connue pour sa success-story réalisée avec les Jolies Filles, un Côte-de-Provence, vendus à 450 000 bouteilles l’an dernier. Cette jolie cuvée s’assortie de Graine de Fille (75% de cinsault) destinée à la vente en grande-distribution. « Nous avons toujours refusé de commercialiser Jolies Filles en GMS, on nous le demandait, certains l’ont même affichée en linéaire en passant par des grossistes. Nous avons donc créé une cuvée spéciale pour la GMS » explique Paul Aegerter co-fondateur de Wine Not avec David Colliot. Ces derniers lancent également One, les Jolies Filles, qui se positionnent en rosé haut de gamme. Produite à 25 000/50 000 cols, cette cuvée se prépare à un bel avenir. « Si pour l’instant, elle est produite à partir de notre activité de négoce, nous projetons qu’elles deviennent un jour la marque issues de nos propres vignes ».

 

Château Sainte-Roseline : un rosé pour les tapas et un de Château

Le Côte de Provence innove avec un rosé croquant baptisé Love R by Roseline. Avec 200 000 cols pour un prix consommateur inférieur à 10 euros, ce rosé s’affiche croquant cherchant à s’installer sur les tables d’apéritifs. « Le packaging est volontairement décalé et hippie, explique Aurélie Bertin, propriétaire du domaine. On s’est rendu compte que l’on pouvait aller plus loin en termes de packaging avec le rosé. Nous avions envie de montrer que l’on pouvait aussi produire ce type de produit ». Le Château Sainte-Roseline lance également un Château Sainte-Roseline Cru Classé, en lampe de méduse mais avec une bouteille givrée. « Nous n’avions pas de gamme Château, emblématique de notre domaine » explique Aurélie Bertin, qui souligne l’importance de ce type de produit à l’international. Produit à 40 000 cols, il s’agit d’un assemblage à dominante tibourin, vendu 15 euros départ cave.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé