LE FIL

Assurance récolte

Nouveau partenariat entre le Syndicat des Côtes-du-Rhône et Groupama méditerranée

Mardi 16 février 2016 par Juliette Cassagnes

Amaury Cornut-Chauvin, président de Groupama méditerranée et Philippe Pellaton, président du Syndicat général des vignerons de Côtes-du-Rhône, lors du Vinisud 2016Amaury Cornut-Chauvin, président de Groupama méditerranée et Philippe Pellaton, président du Syndicat général des vignerons de Côtes-du-Rhône, lors du Vinisud 2016 - crédit photo : J Cassagnes
Le Syndicat général des vignerons des Côtes-du-Rhône vient de signer un nouveau partenariat avec l'assureur Groupama méditerranée, concernant une offre étoffée d'assurance récolte multirisques climatiques. L'objectif pour le syndicat: aller plus loin dans le taux de couverture d'assurance des viticulteurs de la Drôme et de Vaucluse.

Le Syndicat général des Vignerons des Côtes du Rhône, représenté par son président, Philippe Pellaton, et Groupama méditerranée, représentée par son président Amaury Cornut-Chauvinc, ont signé officiellement ce lundi 15 février 2016 sur le salon Vinisud un "partenariat renforcé". Celui-ci existait déjà depuis 2012, mais ce partenariat renouvelé se fait sur un nouveau modèle d'assurance récolte "plus attractif" et "mieux adapté aux besoins des adhérents".

Trois formules sont désormais prévues selon le niveau de couverture choisi, avec un premier niveau qui n'est autre que le contrat-socle subventionné à 65% par l'Etat. Autre nouveauté : la garantie contre 15 aléas climatiques au lieu de 11 précédemment, dont celui lié aux excès climatiques au moment de la floraison provoquant la coulure. "Sur notre cépage Grenache très sensible, c'est un point très important", souligne Philippe Pellaton, président de l'ODG.

"Le VCI et l'assurance récolte, deux outils complémentaires"

"L'offre étoffée avec la possibilité d'assurer séparemment chaque appellation avec un prix à l'hectolitre et un rendement différencié, ainsi que des franchises basées sur les volumes assurés pour chacune...L'offre Groupama nous correspond tout à fait, c'est pourquoi nous renforçons ce partenariat, a poursuivi celui-ci. L'assurance et le VCI sont deux outils qui s'imbriquent l'un dans l'autre; l'assurance est un élément fort de stabilité et de pérennité des exploitations".

Le syndicat espère ainsi accroître les surfaces de vignes assurées dans les départements de la Drôme et de Vaucluse, qui restent insuffisamment couvertes malgré la progression enregistrée ces dernières années. Sur ces deux départements, celui-ci mise sur une couverture de 7000 hectares minimum - 5330 hectares étant déjà couverts - afin de parvenir à faire diminuer le risque et baisser les tarifs.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé