Accueil / Viticulture / Le Columa vigne recommande d'anticiper les interventions de désherbage

Douceur hivernale
Le Columa vigne recommande d'anticiper les interventions de désherbage

Compte tenu de la douceur de l'hiver, les adventices sont à un stade plus avancé que d'habitude. Pour le Columa vigne, il est donc nécessaire de positionner les herbicides de postlevée d'ici fin février.
Par Christelle Stef Le 10 février 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le Columa vigne recommande d'anticiper les interventions de désherbage
Avec la douceur de l'hiver, les adventices sont à un stade plus avancé que d'habitude - crédit photo : Christelle Stef
L

e Columa vigne vient de faire paraître une note commune pour le désherbage de postlevée. Il y rappelle que depuis le 31 décembre 2015, tous les produits à base d’aminotriazole sont interdits. Les conséquences selon lui : une recrudescence probable de certaines espèces comme les géraniums, carottes, érodiums, andropogums, ambroisies, épilobes, mauves…

Si le viticulteur veut les contrôler à l’aide d’herbicides de postlevée,  la clé de la réussite passe par des interventions à des stades peu développés.

Or avec la douceur de l’hiver, les adventices sont, à ce jour, à un stade plus avancé que d’habitude. Pour le Columa vigne, il est donc nécessaire que les viticulteurs anticipent les interventions et les réalisent d’ici fin février.

Malgré cela, il est possible que  certaines espèces à fort pouvoir de germination comme les bidens, l’érigéron réapparaissent en fin d’été. Dans ce cas, le Columa Vigne recommande deux options :

Soit une destruction mécanique ou un broyage en cours de saison  avant la montée en graine ou à l’automne pour faciliter le désherbage chimique l’année suivante Soit une destruction par un herbicide de post- émergence sur la période novembre à janvier.

Le Columa vigne détaille ensuite ses préconisations pour chaque matière active. Il rappelle ainsi les doses maximales à ne pas dépasser pour le glyphosate. Il précise qu’en cas de ray-grass résistant à cette matière active, les produits à base de cycloxydime, fluazifop et quizalofop constituent une alternative.

Il passe ensuite en revue tous les produits de contact : glufosinate, carfentrazone, pyraflufène, acide pélargonique. Pour ce dernier, il précise notamment qu’il est impératif de respecter une concentration de 8 % .

La note du Columa vigne est disponible sur le site de l’AFPP (Association française de protection des plantes) dans la rubrique « commissions », puis « groupe Columa vigne », « Publications et formations » et « Publications notes nationales ».

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé