LE FIL

Coordination rurale

La santé du végétal a besoin d’outils de surveillance

Mercredi 13 janvier 2016 par Marion Sepeau Ivaldi

Xavier Desouche est le président de la section viticole de la Coordination Rurale. Plutôt discret en viticulture, le syndicat s'inquiète du nombre de maladies des végétaux importées ces dernières années. Selon lui, le rythme s'accélère.
Xavier Desouche est le président de la section viticole de la Coordination Rurale. Plutôt discret en viticulture, le syndicat s'inquiète du nombre de maladies des végétaux importées ces dernières années. Selon lui, le rythme s'accélère. - crédit photo : DR
Présente sur le Sival, la Coordination Rurale veut alerter l’opinion agricole et les institutions sur la nécessité de mettre en place des structures plus efficaces pour limiter l’importation de maladies. Un appel d’actualité alors que le risque d’importation de Xyllella Fastidiosa n’a jamais été aussi élevé.

Il faut améliorer le cadre législatif et institutionnel qui encadre et assure la santé des végétaux, tel est l’appel lancé par la Coordination Rurale le 13 janvier. « Ces 20 dernières années, nous assistons à une accélération de l’importation des maladies sur le territoire européen et hexagonal » déplore le syndicat, qui rappelle les sueurs froides éprouvées par la profession en 2015 face à la menace de contamination du vignoble par Xyllella Fastidiosa.

La Coordination Rurale propose tout d’abord de modifier la réglementation européenne en matière d’importation des végétaux. « Au lieu d’interdire l’importation de végétaux après qu’une maladie se soit déclarée sur le territoire européen, nous proposons que l’Europe crée une liste positive de pays où les systèmes de contrôles sanitaires des végétaux seraient audités et validés. C’est ce que pratiquent les Etats-Unis» indique la Coordination rurale. Le syndicat souhaite également que les moyens de contrôles sanitaires utilisés en Europe soient les mêmes pour tous les états membres. « Actuellement, les contrôles font l’objet d’une règlementation qui laissent à chaque Etat le soin de choisir ses propres moyens, ce qui créent des différences suivant la capacité des Etats à les financer ». Enfin, la Coordination Rurale réclame la création d’un Observatoire mondial de la santé des végétaux, chargés de donner l’alerte sur les contaminations afin que l’information soit partagée de façon planétaire. Un peu à l’identique de ce qui existe déjà pour les animaux.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé