LE FIL

In memoriam

Ils nous ont quittés en 2015

Mercredi 23 décembre 2015 par Alexandre Abellan

Comte Henry Liger Bel-Air, Claire Faller, Claude Blouin, Claude Lafond, Joseph Henriot, Anne-Claude Leflaive et Alain Combar.
Comte Henry Liger Bel-Air, Claire Faller, Claude Blouin, Claude Lafond, Joseph Henriot, Anne-Claude Leflaive et Alain Combar. - crédit photo : DR
Loin d’être exhaustif, ce tour du vignoble français rend un nouvel hommage à sept figures vigneronnes disparues cette année, mais dont les parcours, enseignements et vins continuent de nous inspirer.

29 janvier, disparition du comte Henri Liger-Belair (domaine du Comte Liger-Belair)

Comte et général de Vosne-Romanée, Henri Liger-Belair nous quitte à 86 ans. Après une carrière saluée par les honneurs militaires (et agricoles), il a créé en l’an 2000 le domaine du Comte Liger-Belair (Côte-d’Or) afin de préparer la succession de son fils, le vicomte Louis-Michel Liger-Belair. Le domaine rassemble aujourd’hui 8,7 hectares en Côtes de Nuits (dont 5,5 hectares en location depuis 2006), ainsi que 15 hectares dans le Beaujolais (AOC Fleurie).

7 février, disparition de Colette Faller (domaine Weinbach)

Nouveau deuil pour le domaine du « ruisseau de vin », qui a perdu cette année son chef d’exploitation, Colette Faller (87 ans). Connu pour son trio féminin, le domaine Weinbach (Kaysersberg, Haut-Rhin) était jusqu’en 2014 dirigé par Colette Faller et ses deux filles, Catherine et Laurence. Cette dernière a été foudroyée par une crise cardiaque en mai 2014, laissant désormais seule Catherine Faller, assistée de son fils, Théo. Le domaine Weinbach s’étend sur 28 ha, en biodynamie.

6 avril, disparition d’Anne-Claude Leflaive (domaine Leflaive)

Figure tutélaire de la biodynamie bourguignonne, Anne-Claude Leflaive disparaît à 59 ans. Œnologue ancrée à Puligny-Montrachet (Côte-d’Or), elle était la papesse du chardonnay et de sa minéralité avant l’heure. Friande d’instants de partage et de transmission, elle participe en 2008 au lancement de l’École du Vin et des Terroirs (Puligny-Montrachet). Son parcours et ses vins font d’elle la première femme à recevoir le Winemaker’s Winemaker Award de l’Institut des Masters of Wine. Petite-fille du fondateur, elle prend la gestion de la propriété familiale en 1994 (24 ha, dont 5 en grand cru et 11,5 en premier cru). Anne-Claude Leflaive s’est également aventurée en Anjou (domaine Clau de Nell) et s’est essayée à l’œnotourisme avec la Maison du Caroubier (chambres d’hôte bioclimatiques).

27 avril, disparition de Joseph Henriot (groupe La Vigie)

Septième génération d'entrepreneurs champenois, Joseph Henriot décède à 79 ans. Ayant repris en 1962 la direction de la maison familiale (Champagnes Henriot, à Reims), il y a ajouté les vins bourguignons de Bouchard Père et Fils (Beaune), puis les chablis de William Fèvre (Chablis), les beaujolais de la villa Ponciago (Fleurie)… Également écrivain à succès, il est l’auteur du roman Champagne Charlie, relatant les aventures sentimentales de son arrière-grand-oncle, Charles Heidsieck, durant la guerre de Sécession.

24 mai, disparition d’Alain Combard (domaine Saint-André de Figuière)

Né à la viticulture à Chablis, Alain Combard a d’abord participé au renouveau de la maison Laroche (de la fin des années 1960 au début des années 1990), avant de se lancer dans l’aventure provençale. Rachetant le domaine Saint-André de Figuière (Var) en 1992, il construit un domaine de 45 ha en bio et devient l’un des promoteurs des vins rosés de Provence. Ayant milité pour la reconnaissance de la dénomination géographique Côtes de Provence La Londe (validée en 2008), il a notamment présidé le Centre de recherche et d’expérimentation sur le vin rosé (2007-2011).

18 juin, disparition de Jacques Blouin

Élève du regretté Émile Peynaud, le vigneron et auteur Jacques Blouin nous quitte à 76 ans. Il a cosigné avec le père de l’œnologie moderne la bible du dégustateur : Le Goût du vin (dont la cinquième édition est parue en 2013 aux éditions Dunod). Ingénieur agricole, œnologue et docteur, il a dirigé le service vins de la chambre d’agriculture de la Gironde (1970-1999), et a été vigneron en plus de ses activités de conseil.

4 octobre, disparition de Claude Lafond

« J’ai accepté d’être le premier à être pris pour un fou à vouloir faire du bon vin à Reuilly et à vouloir en vivre, quand, en 1977, il ne restait que 48 hectares de vigne en production sur toute l’appellation », résumait lui-même Claude Lafond, disparu à 63 ans. Prêchant dans un quasi-désert viticole à la fin des années 1990, il a lancé un chai collectif à Reuilly (Indre) et su impulser une nouvelle dynamique à l’AOC du Centre-Loire. On ne peut plus engagé, Claude Lafond a présidé le syndicat viticole de l’AOC Reuilly de 1987 à 2007.

Tags : Gens du vin

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé