Accueil / / Négoce coopératif : InViVo détaille son plan d'action 2016

Négoce coopératif : InViVo détaille son plan d'action 2016

Par Vitisphere Le 16 décembre 2015
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Négoce coopératif : InViVo détaille son plan d'action 2016
L
e groupe coopératif InVivo se porte bien. Lors de son exercice 2014-2015, il a dégagé un résultat courant de 62 millions d’euros, en forte hausse, pour un chiffre d’affaires stable à 5,7 milliards d’euros. C’est dans ce contexte qu’il s’ouvre aux caves coopératives. Le 15 décembre, lors de la présentation de ces résultats, il a beaucoup insisté sur cette évolution majeure pour lui. « Il y a une volonté des membres fondateurs d’origine céréalière d’ajouter une banche vin », a souligné Philippe Mangin, président d’InVivo. Ce projet devrait être entériné, ce 16 décembre, par l’assemblée générale du groupe. Dès lors, des caves coopératives pourront entrer à son capital. « Nous observons une forte volonté de nombreuses caves coopératives d’adhérer, a souligné Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo. Nous espérons en accueillir une trentaine durant l’année 2016 », alors qu’InVivo compte 216 coopératives adhérentes à ce jour. Pourquoi des caves adhéreraient-elles à InVivo plutôt que de vendre simplement leurs vins à ses filiales que sont Cordier à Bordeaux ou les Vignobles du Soleil dans le Gard ? « Parce que nous sommes InVivo », a répondu Thierry Blandinières. Comme une évidence ! « Ces coopératives participeront au développement de la branche vin d’InVivo, a ajouté Bertrand Girard, directeur d’Invivo Wine, la branche vin du groupe. Elles auront une plus forte maîtrise de leur destin que si elles restent dans une relation de client à fournisseur. »
Bertrand Girard a également répondu à une critique souvent formulée contre Vinadéis (ex-Val d’Orbieu-Uccoar), qu’il dirige et qui fait déjà partie d’Invivo Wine : cette union de coopératives basée à Narbonne est en effet marquée comme un spécialiste des vins à bas prix. « Nous sommes leader et fer de lance de la montée en gamme du Languedoc-Roussillon, s’est défendu Bertrand Girard. Nous sommes le plus gros acheteur d’AOP du Languedoc. Nous commercialisons 45 domaines et châteaux en mise à la propriété, une activité avec laquelle nous réalisons 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette année, nous avons obtenu 115 médailles pour l’ensemble de nos vins. Qui peut en dire autant ? » Et d’ajouter : « Nous espérons arriver à 500 millions d’euros de chiffre d’affaires le plus rapidement possible », alors qu’il se situe aujourd’hui aux alentours de 370 millions d’euros.
 
 
Source : Vitisphere ; Photo de Bertrand Girard : Val d'Orbieu
Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé