LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Bernard Farges

« La filière vin tend la main pour la consommation responsable »

Vendredi 18 décembre 2015 par Alexandre Abellan

Bernard Farges lors de l’Assemblée Générale du CIVB, ce 14 décembre dans l’amphithéâtre Brisbane.
Bernard Farges lors de l’Assemblée Générale du CIVB, ce 14 décembre dans l’amphithéâtre Brisbane. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Même attaquée, la volonté du vignoble de sensibiliser le grand public à la consommation responsable de vin reste intacte.

« La campagne de communication de Vin & Société sur les repères de consommation a fait quelques vagues, pourtant il ne s’agit que de la reprise de chiffres d’Alcool info service », fait mine de s’étonner Bernard Farges, ce 14 décembre, lors de l’assemblée générale du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) qu’il préside. Loin d’être candide, il a déjà été confronté au refus de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa) de toute implication de la filière dans la prévention de l’alcoolisme et l’éducation à la consommation responsable. Mais, pas bégueule, Bernard Farges estime que « la filière est prête à tendre la main pour avancer vers une véritable coordination de l’éducation et de la prévention avec la santé publique ».

A LIRE AUSSI

Sénateur Gérard César
« Le lobby viticole, c'est la culture du vin ! »
Publicité
Enfin clarifiée !

Présent à cette assemblée générale girondine, le secrétaire d’État au Commerce extérieur et au Tourisme, Matthias Fekl, n’a pas épilogué sur le sujet, prônant l’équilibre souhaité par le président de la République, François Hollande, lors du salon Vinexpo. Il a cependant affirmé que « l’on ne pourra pas porter l’image des vins à l’export si on les stigmatise à l’intérieur ». Et ne pouvant pas s’empêcher de glisser un bon mot, Matthias Fekl a garanti son « soutien sans aucune retenue à la consommation modérée de vin ».

 

Clarification de la loi Evin : l’amendement encore menacé ?
Cheville ouvrière de la stratégie parlementaire d’amendement de la loi Evin, le député Gilles Savary reste prudent. Après l’adoption de la loi de santé cet automne, il ne crie pas victoire, craignant un nouveau coup du sort (comme l’annulation de l’amendement à la loi Macron par le Conseil Constitutionnel cet été). « J’espère que nous avons marqué des points sur la loi Evin » concède-t-il, étant tout de suite plus remonte dès lors qu’il est question « des poussées de lobby hygiéniste et le développement des ligues de vertu immortalistes. Pour eux, il ne faut pas vivre pour ne pas mourir ».
Tags : loi Evin

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé