LE FIL

Mélodie verte

Vendredi 30 octobre 2015 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 06/11/2015 18:01:58

Pour Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, le lancement du plan « Agriculture – Innovation 2025 » est la dernière pierre de la politique qu’il mène depuis presque quatre ans, suggérant par-là l’annonce d’un départ, maintes fois annoncé. La loi d’Avenir, le concept d’agro-écologie,… ont bâti une nouvelle orientation dans la façon d’appréhender la production agricole. Le plan « Agriculture – Innovation 2025» ouvre sur l’avenir en donnant des moyens à la recherche et signe le point d’orgue d’une politique colorée de vert. En annonçant le plan « Agriculture – Innovation », le ministre de l’agriculture avait omis de préciser que la partition comportait un morceau caché : le plan Ecophyto 2.  Celui-ci a provoqué la vindicte des syndicats des producteurs et des firmes phyto-pharmaceutiques. L’IFV est vent debout ; son président Bernard Nadal dénonce la suppression des molécules phytos-sanitaires pour les remplacer par des « molécules douces » qui risquent de diminuer l’efficacité de la protection du vignoble. Et au lieu de laisser le souvenir de la mélodie verte d’innovations capables de résoudre la quadrature du cercle d’une agriculture rentable en harmonie avec la nature, c’est plutôt celle du crissement strident du poids des normes et des impasses techniques qui résonnent en ce moment.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
DAVY Le 02 novembre 2015 à 10:55:11
Bonjour, Je suis conscient que la brochure que vous avez reçue peut prêter à confusion si on ne la lit pas dans le détail mais à aucun moment l'IFV n'a préconisé dans cet article (ni ailleurs à ma connaissance) d'utiliser l'Esquive contre les maladies du bois. L’IFV avait effectivement été sollicité par cette boîte phyto pour répondre à la question : « Quels réglages utiliser (couple "buse/pression", distance à la cible…) pour appliquer au mieux une bouillie sur des plaies de taille en période hivernale ? »…et c’est ce que nous avons effectué. C’est d’ailleurs mentionné dans la brochure que vous avez reçue « Notre mission était de préciser les conditions d’application de la bouillie appliquée en période hivernale afin de protéger les plaies de taille mais aussi de comparer la quantité de bouillie reçue par la cible en fonction des matériels utilisés et des réglages», explique Alexandre Davy, ingénieur œnologue chargé d’expérimentations à l’IFV. A aucun moment nous n’avons évalué dans cet essai l’efficacité de l’esquive pour lutter contre les maladies du bois et c’est d’ailleurs très clairement écrit, je cite : « nous n’avions pas à étudier l’efficacité du produit vis-à-vis des maladies du bois mais la qualité de la pulvérisation ». Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ou écrit svp. Je me tiens à votre entière disposition pour en discuter plus longuement au téléphone de vive voix (06.16.83.24.58). Bien cordialement Alexandre Davy (IFV)
Montaz Le 30 octobre 2015 à 21:40:36
Ca fait plus de 40 ans qu'on nous ballade en tournant autour du pot. C'est comme le diesel: imaginez 40 ans de recherches dirigées vers autre chose que le diesel. Ou en serait on aujourd'hui? Quand on ne veut pas voir l'évidence et les justes attentes de la population (qui sont également nos clients), on s'isole dans concepts aussi fumeux que suicidaires. Que les dinosaures comme ce M. Nadal fassent place nette, ils représentent une vision éculée de notre viticulture et qui nous fait honte! Mais il faut pour cela changer de logiciel, à un moment où mes clients se rendent compte que le vin, c'est pas si naturel que ça. On attend quoi, que les autres pays nous donnent l'exemple? D'être tous atteints de maladie liée aux phytos? J'ai vraiment l'impression que notre profession est comme un fumeur qui se sait condamné mais qui ne veut pas s'arrêter
caumette nathalie Le 30 octobre 2015 à 19:16:59
Je rigole : j'ai reçu récemment un document d'une boite phyto avec sur la couverture un ingénieur de l'IFV qui préconisait je cite de "soigner la qualité de la pulvérisation pour lutter contre l'ESCA"…(alors qu'il est notoire, pour ceux qui ne serait pas très au courant, qu'il n'existe aucun produit contre ces maladies !!) : à l'IFV on pulvérise coûte que coûte même rien !! Mais que vont-ils donc pouvoir faire si on leur enlève les produits phyto? Peut-être découvrir ce qu'est un champignon en dehors d'une omelette, que les insectes ont 3 paires de pattes, que le mildiou disperse ses spores à l'aube, et qu'il existe des plantes qui savent produire des molécules au même moment pour se défendre : de vrais bonheurs en perspective, Bernard Nadal devrait être soulagé et heureux : il va en apprendre des choses, et peut-être même trouver des solutions, qui sait ! Nathalie Caumette, vigneronne.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé