LE FIL

Plantations nouvelles en Vallée du Rhône 

Une majorité d'accords trouvés...au prix de larges débats

Mardi 27 octobre 2015 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 28/10/2015 23:19:36

Plantations nouvelles en Vallée du Rhône : une majorité d'accords trouvés...au prix de larges débats
Les nouvelles plantations pour l'année 2017 en Vallée du Rhône ont fait l'objet de larges débats entre la production et le négoce, au sujet des appellations qui ont fait l'objet d'une demande de contingent...Soit la grande majorité d'entre-elles.

Sur les 25 appellations de la Vallée du Rhône, quatre seulement n'ont pas souhaité contingenter leurs plantations pour l'année 2017. C'est le cas des appellations Costières de Nîmes, Hermitage, Grignan-les-Adhémar et Duché d'Uzès. Les 21 autres ont, en revanche, souhaité plafonner les nouvelles plantations. Leurs niveaux ont été jugés systématiquement trop faibles aux yeux des négociants qui mettent en avant des volumes de stocks actuels très faibles. En Côtes du Rhône par exemple, ils sont actuellement équivalents à sept mois de commercialisation.

 

Des « discussions » par appellation entre les deux « familles » ont ponctué les dernières semaines. « La plupart des ODG ont accepté de revoir de quelques hectares à la hausse les contingents de plantations, témoigne Philippe Pellaton, vice-président de l'interprofession. Pour deux-tiers des appellations environ un accord interprofessionnel a été trouvé ». C'est par exemple le cas des appellations Côtes-du-Rhône et Côtes-du-Rhône villages, pour lesquelles un contingent de 600 hectares, soit +1,4% de croissance du vignoble, a été demandé et validé. « Habituellement, nous étions plutôt autour de 250 à 300 ha, poursuit celui-ci. Nous avons donc fait un effort à la hausse, pour arriver à un consensus ».

 

Pour sept appellations, les ODG n'ont pas accédé aux demandes du négoce. Des tensions subsistent donc toujours entre les deux « familles ». N'ayant pas réussi à se mettre d'accord, l'interprofession n'a donc pas rendu d'avis.

 

L'abscence d'accord interprofessionnel n'a pas empêché le processus de décision de se dérouler. « L'ensemble des dossiers a déjà été examiné en Comité régional de l'INAO la semaine dernière et un avis positif a été rendu sur 100% des appellations, y compris quand il n'y avait pas d'accord interprofessionnel », annonce Philippe Pellaton.

Le Conseil du bassin « Rhône-Provence », qui doit lui aussi donner un avis mais sur la « cohérence régionale » entre les différents segments – AOP, IGP et sans IG - aura lieu le 30 octobre 2015 prochain.

[crédit photo: J Cassagnes]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé