LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Retours d'opérateurs

La guerre des cavas, champagnes et proseccos n'aura pas lieu

Lundi 19 octobre 2015 par Aude Lutun (La Vigne Vitisphere)

Retours d'opérateurs : la guerre des cavas, champagnes et proseccos n'aura pas lieu
En effervescence, le marché des vins pétillants n'est-il pour autant composé que de concurrents ?

Le champagne doit-il craindre la concurrence des autres vins effervescents, et notamment le Prosecco ? « Non, a répondu Pascal Férat, président du syndicat général des vignerons de Champagne lors de la conférence "Champagne-effervescents, même planète ?" qui s’est tenue au Viteff le 16 octobre. Le champagne ne représente que 8 % des volumes de vins effervescents dans le monde, mais 45 % de la valeur. Les instants de consommation ne sont pas les mêmes. Pour les moments très festifs, le champagne continue de primer ».

La croissance du prosecco, qui vient de passer le cap des 400 millions de cols, contre 300 millions pour le champagne, ne laisse cependant pas les Champenois indifférents. « C’est vrai qu’en Angleterre, de nombreux établissements proposent du prosecco en apéritif depuis trois ans, témoigne Jérôme Philippon, président du directoire de Champagne Bollinger. Quand on boit du prosecco, on boit l’Italie et sa Dolce Vita. C’est un concurrent du champagne au même titre que le gin ou les cocktails soft drink. Mais je suis très optimiste pour le champagne. Notre survie ne tient pas dans le prix. Il faut nous recentrer sur un vin de luxe et cher. A nous de continuer à faire rêver ! ».

Pour Pierre de Couëdic, délégué général de l’UPECB (Union des Producteurs et Elaborateurs de Crémant de Bourgogne), « il est compliqué d’expliquer au consommateur les différentes méthodes d’élaboration des effervescents car tout le monde a adopté la coiffe. Le prosecco a opté pour le volume. Les producteurs de crémants ont fait le choix de l’identité et du prix. Le champagne reste de toute façon la référence. La multiplicité de l’offre en effervescents permet d’attirer le plus de consommateurs vers les bulles. On peut faire le parallèle avec les rues où il y a de nombreux restaurants. Cela créé une émulation où chacun trouve sa place ».

Le prosecco est-il un phénomène de mode ? « Oui, c’est un vin à la mode, confirme Claudia Nicoli, caviste italienne. C’est le vin des jeunes. Mais pour combien de temps ? ». L’expérience du cava, lui aussi très en vogue dans les années 2000, montre les limites du développement en volume. « Nous nous sommes trompés en cherchant à faire du volume, explique Jaume Gramona, président de l’institut du Cava. Certains opérateurs ont changé d’axe rapidement. C’est un long chemin que d’aller vers des marchés qualitatifs ».

 

 

[De gauche à droite : Claudia Nicoli, caviste italienne, Jaume Gramona, président de l'institut du Cava, Pascal Férat, président du SGV, Jérôme Philippon, président du directoire de Champagne Bollinger, Pierre de Couëdic, délégué général de l'UPECB (Union des Producteurs et Elaborateurs de Crémant de Bourgogne), Théodore Georgopoulos, président de l'IVV Champagne; Crédit photo : SVG]

Tags : Viteff Champagne

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé