LE FIL

La douceur de l'hiver inquiète les vignerons

Mercredi 04 janvier 2012 par A. L.

C'est le sujet de conversation du moment entre les vignerons : la douceur actuelle ne va-t-elle pas augmenter les risques de gel en avançant le débourrement des bourgeons ? « Il n'y a pas de lien entre les températures des mois de novembre et décembre et les dates de débourrement », rassure le CIVC (comité interprofessionnel des vins de Champagne).

« Au mois de décembre 2011, les températures moyennes se sont élevées à 6,5°C, soit 3°C au-dessus des normales décennales. Nous avons déjà connu des périodes aussi douces. En décembre 1974, par exemple, les températures moyennes s'élevaient à 7°C. Et il n'y a pas eu de problème de gel pour la récolte de 1975 », constate François Langellier, ingénieur en charge de l'agrométéorologie au CIVC.

Reste que l'heure est tout de même à l'inquiétude dans ce vignoble, ainsi que dans les autres régions de France.

« Les vignes sont gorgées de sève, témoigne un viticulteur de la Marne. Je pense que pour l'instant, nous avons vécu le bon côté du réchauffement climatique. Sur les dix dernières années, les raisins ont facilement atteint une belle maturité. Je crains de basculer dans un scénario beaucoup plus compliqué à moyen terme. »

François Langellier reste plutôt confiant : « Il faut avoir une longue série climatique de vingt à trente ans pour juger si les débuts d'hiver deviennent vraiment plus doux. »

Quant à savoir quelle attitude adopter dans les travaux à la vigne avec ce climat, le CIVC conseille de ne pas tailler trop tôt. « En 1996 et 1997, nous avions connu des gelées importantes fin février, poursuit François Langellier. Celles qui avaient été taillées tôt, en décembre, avaient subi des dégâts importants. »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé