LE FIL

Oenovation prime le recyclage et la thermovinification

Vendredi 26 septembre 2014 par Colette Goinère

La technopole Bordeaux-Montesquieu vient d'annoncer les trois lauréats du dixième trophée Oenovation. Sont lauréats ex aequo Antofénol, pour sa réutilisation des déchets viticoles en conservation alimentaire, et AP3M, pour sa machine de thermovinification. Le coup de coeur a, lui, été attribué à Winetailors.

Le trophée Oenovation, à l'initiative de la technopole Bordeaux-Montesquieu, à Martillac (Gironde), récompense chaque année de jeunes créateurs d'entreprises innovantes dans le secteur vitivinicole en leur attribuant une dotation globale de 25.000 euros.

Lauréate, Fanny Rolet, 26 ans, ingénieure en biotechnologie et titulaire d'un master en administration des entreprises, a eu l'idée de développer une gamme de conservateurs naturels des fruits et légumes en exploitant les sarments, les marcs de raisin et les rafles.

« Les sarments de vigne, tous comme les marcs de raisins et les rafles sont dotés de propriétés antioxydantes et antifongiques particulièrement intéressantes », assure-t-elle. Pour extraire les molécules les plus efficaces des déchets viticoles, elle a mis au point un procédé basé sur la combinaison simultanée de trois technologies (ultrason, micro-onde et brassage). L'extrait a été expérimenté « in vitro » sur des moisissures cibles. La conservation des fruits et légumes testés va de deux à dix semaines. « En donnant une durée de vie plus longue aux produits agricoles, on peut diminuer le gaspillage des denrées périssables », explique-t-elle.

Fanny Rolet a créé sa société, Antofénol, à Montpellier. Après avoir investi 200.000 euros en recherche et développement, Antofenol doit trouver 800.000 euros pour passer à la phase industrielle.

UN ÉQUIPEMENT MOBILE DE THERMOVINIFICATION

À Vayres, en Gironde, Christophe Pereira, électro-technicien et frigoriste, est heureux. Son entreprise, AP3M, est lauréate ex aequo grâce à sa machine de thermovinification baptisée « ThermoPack ». Un équipement qui a été breveté pour l'intégration du générateur de chauffe dans l'échangeur.

« Les machines que l'on trouve sur le marché sont très coûteuses et très encombrantes. J'ai voulu mettre au point un équipement mobile. Il est dix fois plus petit que ce qui existe actuellement », décrit-il.

AP3M a déjà vendu 80 appareils. Des caves coopératives, comme celle de Quinsac en Gironde, ou encore les vignobles Raymond, dans l'Entre-Deux-Mers, se sont dotés de cette machine de thermovinification. De grands châteaux de Pomerol et de Saint-Émilion aussi. « Ils restent discrets, préférant cultiver le mythe du vin sans l'intervention des machines », confie Christophe Pereira.

Le coup de coeur de cette dixième édition est revenu à l'entreprise Winetailors, un réseau d'agents commerciaux franchisés spécialisés dans la vente et la mise en avant des vins auprès des bars, cavistes et restaurants.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé