LE FIL

«Des écarts de débourrement très marqués»

Mercredi 25 avril 2012 par C. G.

En Gironde, aux vignobles Massé (50 ha en AOC Bordeaux) situés à Pompignac, dans l'Entre-deux-Mers, le débourrement est extrêmement irrégulier. Guillaume Gracieux, le chef de culture, témoigne : « En vingt ans passés dans les vignes, je n'avais jamais vu une telle situation. »

Guillaume Gracieux n'en revient toujours pas : « Au bout d'un rang, il y a des bourgeons de 15 centimètres de haut. Au milieu, les bourgeons n'excèdent pas un centimètre. En fait, il y a deux à trois semaines d'écart entre les différents bourgeons et ce sur la moitié du vignoble. Un tel écart, parfois sur un même pied, c'est la première fois que je l'observe. »

Explications ? Le vigneron rappelle les périodes de chaud et de froid qui n'ont cessé de se succéder. Ainsi, les températures de janvier ont été plutôt douces, celles de février, plus froides, puis une période de réchauffement s'est installée en mars suivie d'un refroidissement en avril.

Ces différences vont-elles perdurer ? La nature va-t-elle finir par les estomper ? La question reste posée.

« Si ces écarts se maintiennent, on aura une floraison plus longue, ce qui veut dire des raisins à différents niveaux de maturité. Or, nous ramassons à la machine. Ce sera compliqué pour élaborer un produit au top qualitativement », indique Guillaume Gracieux.

Ce 24 avril, au petit matin, il continuait de scruter ses rangs de vigne. Pas de recette miracle. « Il faut attendre. Il n'y a rien à faire », lâche-t-il.

Le débourrement a deux à trois semaines d

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé