LE FIL

Quelques dégâts d'échaudage

Jeudi 30 juin 2011 par C. S.

Dans plusieurs vignobles, les fortes chaleurs du week-end dernier et du début de cette semaine ont provoqué des dégâts d'échaudage, c'est-à-dire des dessèchements et des flétrissements des feuilles et des grappes. Des symptômes qu'il ne faut pas confondre avec le rot-brun du mildiou.

En Aquitaine, les températures ont dépassé les 37 °C le dimanche 26 et le lundi 27 juin, rapporte le BSV (Bulletin de santé du végétal) du 28 juin. Résultat : vignerons et techniciens ont constaté des dégâts d'échaudage sur de nombreuses parcelles effeuillées côté ouest, nord-ouest.

A Cognac, dans certaines situations, parfois plus de 50 % des grappes sont touchées sur la face exposée au sud. Dans le dernier bulletin Vitiflash, les chambres d'agricultures de Charente et de Charente-Maritime recommandent donc aux viticulteurs « d'évitez les rognages intempestifs ».

En Bourgogne où les températures ont également atteint 35 à 37 °C le week-end dernier, de nombreuses parcelles présentent des symptômes d'échaudage du côté soleil couchant ou exposé au sud.

« Les vignes sont affectées à des degrés divers en fonction de leur exposition et de l'épaisseur du feuillage. La sécheresse a eu aussi une incidence en réduisant les volumes foliaires et en exposant les grappes au soleil. Par ailleurs, cela correspond au premier gros coup de chaleur alors que les grappes n'étaient pas encore habituées. Les rognages serrés ont eu un effet négatif. En revanche, on ne note pas plus de symptômes sur les vignes effeuillées une face soleil levant. Ces symptômes peuvent toucher jusqu'à un tiers de la grappe », précise le bulletin Viti-Flash du 28 juin, élaboré par la chambre d'agriculture de Côte-d'Or.

Même constat dans le Jura, particulièrement sur le poulsard mais aussi sur les autres cépages.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé