LE FIL

Le Domaine du Tariquet achète 25 pulvérisateurs à panneaux récupérateurs

Lundi 16 mars 2015 par Florence Jacquemoud La Vigne - Vitisphere

La famille Grassa, propriétaire du Domaine du Tariquet, à Éauze (Gers), a acheté vingt-cinq pulvérisateurs à panneaux récupérateurs Friuli. Objectif : économiser des phytos et traiter en une seule journée les 950 ha de vignes en production avec ces nouveaux matériels.

Propriétaire du Domaine du Tariquet, à Éauze, dans le Gers, la famille Grassa a investi 1,2 million d'euros pour l'achat de vingt-cinq pulvérisateurs Friuli à panneaux récupérateurs traînés du constructeur italien Agricolmeccanica, d'une capacité de 2.000 l chacun. Elle a choisi la marque italienne pour la robustesse de ses machines et différents aménagements qui facilitent le travail des chauffeurs, notamment l'ordinateur qui permet de mémoriser les réglages.

PLUS DE MATÉRIEL, MOINS DE PHYTOS

Ces matériels sont arrivés chez le concessionnaire Darnaude, à Eauze, et seront livrés à la propriété début avril. Le Domaine du Tariquet consacre également 300.000 euros à la location-vente de sept tracteurs Claas, afin d'en posséder vingt-cinq, et embauchera sept chauffeurs supplémentaires permanents car, à partir de cette saison, il ne traitera plus que deux rangs par passage contre quatre jusqu'alors.

« Les pulvérisateurs à panneaux récupérateurs seront utilisés tout au long de la campagne. Ils vont nous permettre d'économiser au moins 30 % de phytos, ce qui compensera le surcoût de main-d'oeuvre et de matériel, précise Armin Grassa, copropriétaire de l'exploitation. Ces appareils seront amortis en cinq ans. Mais notre objectif est de réduire les quantités pulvérisées de 50 %. Sur un budget phyto d'un million d'euros par an, l'économie sera substantielle. »

UNE JOURNÉE POUR TRAITER

Situé à l'ouest du Gers, en zone climatique océanique, le Domaine du Tariquet exploite 950 ha de vignes et produit 8 à 9 millions de bouteilles d'IGP Côtes de Gascogne par an (30 millions d'euros de chiffre d'affaires). « Depuis une dizaine d'années, nous devons faire face à des printemps de plus en plus pluvieux, explique Armin Grassa. Les fenêtres météo qui permettent les traitements sont de plus en plus courtes. Nous ne disposons souvent que de deux jours. Nous avons acheté 25 pulvérisateurs pour être en mesure de traiter en une journée l'ensemble de nos vignes, afin que le produit ait deux jours de beau temps pour agir. »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé