Accueil / Gens du vin / Métier : L'assurance qualité pour la satisfaction finale du consommateur

Métier : L'assurance qualité pour la satisfaction finale du consommateur

Par Vitisphere Le 01 octobre 2007
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Métier : L'assurance qualité pour la satisfaction finale du consommateur
n

nologue, titulaire d’un DEA de Sciences des Aliments avec une spécialisation en biologie moléculaire et biochimie, Valérie Guizard intervient depuis 8 ans auprès des caves, maisons de négoce et acheteurs de la grande distribution pour la mise en place et le suivi d’une assurance qualité globale. De la vigne au conditionnement, tous les process sont passés en revue pour assurer une qualité constante sur un même millésime.

Qu’est-ce qui vous a amené à vous orienter vers ce type d’activité ?

Quand je me suis lancée en libéral en 1999, le marché du vin était en pleine mutation avec l’émergence de nouvelles exigences des acheteurs en terme de qualité. Dans la gestion d’une marque, la constance de la qualité est un facteur primordial. Il est impératif non seulement de proposer une qualité initiale correspondant au profil produit, mais aussi de garantir le maintien de ce niveau de qualité sur tout le millésime et ceci dans chaque contenant : bouteille 75cl, petits contenants, bag-in-box. Cette qualité contrôlée passe par la mise en place au sein des entreprises de production d’une série de mesures clairement définies et régulièrement contrôlées, permettant d’atteindre ces objectifs qualitatifs. Les caves et sociétés de négoce doivent s’y retrouver grâce à la valeur ajoutée apportée à leurs produits, pour les acheteurs, c’est une sécurité sur la qualité produit.

Quels types de services proposez-vous ?

Mon intervention se déroule généralement en trois étapes. Il y a d’abord une phase d’audit et de diagnostic sur toute la chaîne de production, de la vigne au centre de conditionnement. A partir de ce diagnostic préalable, je propose un plan de pilotage de toute la chaîne de production, déterminé en fonction des objectifs produit. Il porte sur l’optimisation et l’organisation des process de vinification, y compris la gestion des flux des matières et des hommes ainsi que les documents qualités qui attestent de la bonne application de toutes ces mesures. Enfin la dernière étape est celle du contrôle. C’est souvent à ce niveau que j’interviens pour les acheteurs qui me demandent la mise en place de plans de contrôle garantissant la qualité et la sécurité des produits qu’ils achètent.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux certifications ISO, BRC IFS de plus en plus souvent imposées par les acheteurs de la GD française et étrangère ?

Je pense que toutes ces certifications sont de bons outils de management de la qualité. Mais ce n’est pas parce que vous êtes certifié que vous faites de bons produits. Mon approche diffère car je suis « collée » au produit et à la satisfaction du consommateur. Les procédures que je mets en place doivent avoir un résultat direct sur la qualité des produits. C’est sur cette amélioration de qualité que je m’engage et que je serai jugée au final. Je dois permettre à mes clients producteurs de décrocher de nouveaux marchés parce qu’on aura fait coïncider la qualité effectuée avec la qualité recherchée, et ceci de façon constante.

Quels sont les principaux soucis qualitatifs que vous avez à gérer dans les caves ?

Ils sont multiples. Il y a malheureusement de très nombreux facteurs qui peuvent détériorer la qualité d’un vin au cours de son processus d’élaboration, jusqu’à le rendre impropre à la consommation. Parmi les problèmes les plus fréquents il y a les Brettanomycés, les teneurs trop élevées en sulfate ou en ochratoxine…

Dans quelles régions intervenez-vous ?

J’ai des clients dans toutes les grandes régions viticoles françaises avec une présence plus marquée dans le Sud-Ouest. Mon entreprise -AQC (Assurance Qualité Contrôlée) - gère actuellement plus de 450 références de vins tranquilles et effervescents dont j’assure le suivi qualité jusqu’à leur sortie de rayon. Malgré la crise, mon activité progresse. Mes clients ont bien compris que la gestion et le contrôle de la qualité les aidaient à maintenir leurs marchés et à en développer de nouveaux grâce au maintien d’un niveau de qualité constant.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé