LE FIL

Médoc

Les crus bourgeois visent le classement, et sa pérennisation, pour 2020

Jeudi 24 septembre 2015 par Alexandre Abellan

Médoc : les crus bourgeois visent le classement, et sa pérennisation, pour 2020
Après 6 millésimes de relance, les Crus Bourgeois vont se pencher sur la mise en place d'une hiérarchisation. Ainsi que sur l'allongement de la durée de vie du classement (actuellement annuelle) et une part d'automatisation dans son accès.

Réunis en assemblée générale ce 18 septembre, les membres de l’Alliance des Crus Bourgeois ont voté, à la majorité des deux-tiers, l’avant-projet de création d’un classement, et plus précisément d’une catégorie « Cru Bourgeois Supérieur ». Rejetée à quatre voix près en mars et à une voix en mai dernier,  l’idée de classification a évolué « dans sa mise en oeuvre, mais pas dans l’idée d’assouplir le système actuel tout en préservant les exigences de qualité attendues par les consommateurs) » explique Frédéric de Luze, le président de l’Alliance des Crus Bourgeois. Celuic-ci porte le projet depuis trois ans et espère sa concrétisation pour 2020. Si le calendrier et les détails de mise en oeuvre restent à peaufiner (un groupe de travail y planchera à la sortie des vendanges), les grands traits du projet sont déjà tracés. Et ce sont autant de fortes évolutions du modèle actuel de label unique révisé chaque millésime par des dégustations à l'aveugle, comme :

- la création du statut de Cru Bourgeois Supérieur (les critères d’accession sont à définir) ;

- l'accession d'office à la mention Cru Bourgeois pour les propriétés déjà labellisées un certain nombre de fois entre les millésimes 2008 et 2017 (le curseur doit encore être tranché) ;

- la pérennisation de la liste des Crus Bourgeois sur plusieurs années (5 ans sont aujourd'hui évoqués).

« Avec l’antériorité de 6 millésimes, nous n’improvisons plus » précise Frédéric de Luze, « nous savons ce qu’il faut modifier et alléger. Ce classement n’a pas pour but de diminuer notre puissance, qui se fait sur notre nombre et les volumes importants ». Selon lui, un label plus hiérarchisé et stabilisé permettrait de renforcer le travail commercial sur la mention. Ce soutien à la fois sur la durée (pour la lisibilité de la mention) et pour justifier les différentiels de prix  (notamment auprès des distributeurs). « Et au départ, tous les Crus Bourgeois sont déjà supérieurs à ceux qui ne le sont pas » souligne Frédéric de Luze.

La sélection officielle des Crus Bourgeois pour le millésime 2013 vient tout juste d'être publiée (cliquer ici pour accéder à cette liste). Ce sont 251 propriétés médocaines qui en font partie, issues de 7 appellations (Médoc, Haut- Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Pauillac et Saint-Estèphe*). Cette cuvée représente 20 millions de cols, en net repli par rapport aux 29 millions de bouteilles du millésime 2012 (ce qui est cohérent avec une réduction de 30 % de la production bordelaise en 2013).

 

 

* : A noter que la mention de Cru Bourgeois est également ouverte à l'AOC Saint-Julien.

 

 

[Illustration : Logo des Crux Bourgeois 2013]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé