LE FIL

Languedoc

Les vendanges mettent le turbo

Jeudi 10 septembre 2015 par Michèle Trévoux La Vigne - Vitisphere

Languedoc : les vendanges mettent le turbo
Risques de pourriture sur syrahs

Changement de tempo pour les vendanges en Languedoc. L’état sanitaire des raisins qui était superbe jusqu’à mi-août se dégrade. Des foyers de pourriture se sont développés sur les syrahs, dont la récolte s’annonce généreuse, et sur quelques chardonnays récoltés tardivement. Ces parcelles ont souffert des deux épisodes pluvieux de la deuxième quinzaine d’août, entrecoupés d’un temps marin très humide.

«Avec ces pluies, les raisins ont beaucoup gonflé, provoquant l’éclatement des baies. Le temps humide qui a suivi a favorisé un développement très rapide de la pourriture », indique Jacques Rousseau de l’ICV.

Les zones les plus touchées sont l’Est montpelliérain, un vaste secteur entre Pézenas et Montpellier et le Gard.

Depuis le dimanche 6 septembre, «nous avons eu du vent du nord et quelques nuits très fraîches à moins de 15°C qui ont stoppé le développement du botrytis. La maturation des syrahs, qui était très lente, s’est accélérée. Les caves ont mis le turbo et ont vendangé à une cadence effrénée », témoigne Gérard Sanchez, directeur de l’ICV de Nîmes.

L’annonce d’un nouvel épisode pluvieux pour ce week-end accroit encore la pression. « Je conseille à mes clients de finir de rentrer les syrahs d’ici vendredi car elles ne peuvent supporter une pluie de plus. Elles sont à 13% vol. environ mais la maturité phénolique n’est pas complètement atteinte. Le profil aromatique sera plus sur le fruit frais que le fruit compoté. Mais mieux vaut rentrer en légère sous maturité que de risquer une nouvelle détérioration de l’état sanitaire », conseille Sébastien Pardaillé du laboratoire Natoli & Cœ.

Cependant toutes les parcelles ne sont pas concernées. « En zone AOC Côtes du Rhône, il y a des syrahs qui peuvent attendre et qui donneront de très belles qualités », assure Gérard Sanchez.

Par ailleurs, l’état sanitaire des merlots, grenache et cabernet Sauvignon ne donne aucune inquiétude pour le moment. Et « on observe un resserrement  des dates de maturité entre cépages précoces et tardifs. Certains merlots étaient mûrs avant les syrahs. Il en est de même pour les terroirs. Cette année le Piémont cévenol, qui est habituellement un secteur tardif, est plus avancé que certains secteurs précoces », constate l’œnologue nîmois. Un millésime sportif et déconcertant.

 

[Crédit photo : DR]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé