Accueil / Commerce/Gestion / Monopole : la Société des Alcools du Québec sous le feu des critiques

Un rapport demande la libéralisation du marché de distribution des vins et spiritueux...
Monopole : la Société des Alcools du Québec sous le feu des critiques

Libéralisation de la distribution
Par Alexandre Abellan Le 10 septembre 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Monopole : la Société des Alcools du Québec sous le feu des critiques
R

Rendu ce 31 août au gouvernement de la province québécoise, le deuxième rapport de la Commission de révision permanente des programmes n'y va pas par quatre chemins : il « recommande la fin du monopole détenu par la Société des alcools du Québec » (SAQ). Présidente de la Commission, l'ancienne députée Lucienne Robillard est partisane d'une approche libérale de l'importation, la distribution et la commercialisation des vins et spiritueux dans la belle province. Jugeant les performances de la SAQ « décevantes » par rapport à d'autres monopoles américains*, elle estime que « l'ouverture à la concurrence favoriserait l'efficacité du commerce des vins et spiritueux et profiterait directement aux consommateurs, grâce à la réduction des prix qui en résulterait ». Quant à l'aspect fiscal de la fin du monopole, elle conseille simplement à l'Etat de remplacer « les dividendes qu'il reçoit de la SAQ par une augmentation de la taxe spécifique perçue sur l'ensemble des boissons alcoolisées », voire « introduire une taxe à la consommation sur l'alcool calculée en fonction du prix du produit vendu ».

La SAQ n'en est pas à sa première salve de critiques, qui sont toujours sensiblement les mêmes. C'est donc sereinement que le monopole a répondu, immédiatement et point par point, à la proposition de la Commission. Sur ses performances, la SAQ souligne qu'en 10 ans ses coûts de mise en vente ont diminué de 24 %, passant d'un ratio de 25 centimes de frais pour 1 $ de vente en 2005, à 19 cents en 2015. Concernant le dynamisme du marché des alcools, la SAQ précise qu'un mixte « modèle-privé » existe déjà (même si à la marge) avec la fourniture aux magasins de proximité d'une sélection de produits. La SAQ est plus sèche au sujet de l'effet de la mise en concurrence sur les prix et le choix des vins à la vente. Regrettant des « mythes persistants », elle explique que la libéralisation du marché d'Alberta a conduit à une hausse des prix. Le « Québec offre déjà l’un des choix les plus importants au monde et les produits sont offerts dans toutes les régions » ajoute-t-elle. Elle conclut que 93 % de ses clients sont satisfaits par le service proposé.

Donnant au débat une dimension sociétale, l'organisme Éduc’alcool estime, via son directeur général, Hubert Sacy, que l'« on ne peut pas déterminer des orientations dans le domaine de l’alcool [...] comme si la SAQ n’était qu’une vache à lait et qu’on peut se permettre d’en disposer comme de la marchandise. Dans le domaine de l’alcool, l’État doit jouer un rôle central. » Reprenant les conclusions du Conseil National sur la Stratégie de l’Alcool, le chantre de la consommation modérée de boissons alcoolisées souhaite «  renforcer les sociétés d’État en charge de la commercialisation de l’alcool, pas de les affaiblir ». A noter que l'organisme Educ'Alcool est aujourd'hui financé par la SAQ, qui récolte ses cotisations auprès des opérateurs du marché des alcools québécois.

Pour en savoir plus sur le marché québécois, cliquer ici pour accéder au dossier de Vitisphere sur le sujet.

 

 

* : L'étude a consisté à la comparaison de 2010 à 2014 des ratios frais d'administration/ventes nettes de la SAQ avec les 8 autres agences canadiennes et 3 monopoles américains (états du New Hampshire, du Vermont et de Pennsylvanie). La SAQ précise ne pas avoir été invitée à participer aux travaux de la commission.

 

 

[Photo : Succursale de la SAQ cette fin août 2015 ; Alexandre Abellan]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé