LE FIL

Corbières

Un orage de grêle fait s'envoler les espoirs d'une belle vendange

Lundi 10 août 2015 par Michèle Trévoux

Corbières : un orage de grêle fait s'envoler les espoirs d'une belle vendange
Evénements climatiques de plus en plus fréquents et violents

Coup dur pour les Corbières. Alors que la récolte s’annonçait belle, un orage de grêle en début de soirée le 31 juillet a ruiné jusqu‘à 80 % de la récolte dans certaines parcelles.

Les grêlons, d’une taille impressionnante, ont touché les feuilles et les raisins, en cours de véraison. L’orage est tombé un peu au sud d’une ligne allant de Narbonne à Carcassonne sur un secteur couvrant les communes de Talairan, Jonquières, Coustouge, Tournissan, Thézan des Corbières, Saint Laurent de la Cabrerisse et Vignevieille, dans l’Aude.

Au total, 600 ha ont été touchés avec des pertes de récolte allant de 5 à 80 %. Une cinquantaine d’hectares sur la commune de Talairan, a été détériorée à plus de 80 %. Sur 150 ha, les pertes de récolte sont estimées entre 30 et 50 %. Ailleurs les pertes sont moindres.

« Nous avions eu une petite gelée de printemps qui avait déjà impacté notre potentiel de récolte. Nous avions également constaté une petite sortie sur les Carignans. Avec cet épisode de grêle, nous estimons que nous allons perdre 10 000 hl par rapport à l’an dernier. On table sur 35 000 hl contre 45 000 hl l’an dernier », se désole Ludovic Roux, président de la cave coopérative de Talairan.

Emmanuel Rouchaud, Chef de service Viticulture-Œnologie de la Chambre d’agriculture de l’Aude, souligne qu’outre les pertes directes de production, la grêle va pénaliser la maturation, notamment la synthèse de sucres. Dans de nombreux cas, la surface foliaire a été partiellement ou totalement détruite réduisant fortement le potentiel photosynthétique. Ces défoliations vont provoquer des maturités très tardives.

« Il est probable que les récoltes soient anticipées et les maturations incomplètes », indique la chambre d’agriculture dans un communiqué.

« Nous assistons à des événements climatiques de plus en plus fréquents et violents. Il n’est plus possible que seulement 50% des viticulteurs soient assurés. Nous avons pris contact avec les parlementaires régionaux pour les alerter. C’est un enjeu majeur pour l’avenir », s’inquiète Emmanuel Rouchaud.

Une réunion devait se tenir le lundi 10 août après-midi à Talairan par le syndicat des vignerons de l’Aude pour faire le point sur les mesures qui pourraient être mises en place pour les viticulteurs sinistrés.

 

[Carte source : Chambre d'Agriculture de l'Aude]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé