LE FIL

Vinopôle Alsace

La R&D viticole réunit ses forces vives

Mardi 04 août 2015 par Alexandre Abellan

Vinopôle Alsace : la R&D viticole réunit ses forces vives

En marge de l’inauguration de la Foire aux Vins de Colmar (du 7 au 16 août), un accord-cadre a scellé la naissance du Vinopôle Alsace. Porté par la Chambre d’Agriculture Régionale, le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA) et l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), cet outil collectif doit donner une nouvelle dimension à la R&D régionale. Il ne s’agira que de la concrétisation de synergies déjà existantes ; à l'instar des organisations déjà existantes assurant les contrôles de maturité, les prévisions de récolte et les observations de comportements des nouveaux clones, liste Jean-Louis Vézien, le directeur du CIVA. « L’idée est de travailler de manière plus efficiente, pour créer des collaborations entre toutes les équipes de techniciens » précise-t-il, ajoutant qu’il n’y a pas de « gros moyens techniques en Alsace, alors autant veiller à travailler ensemble et non en doublon ».

En pratique, la bannière commune Vinopôle Alsace flottera sur le pôle d’excellence en agro-viticulture d’Adrien Zeller (ou Biopôle de Colmar) et l’Association de Développement Agricole et Rural du Vignoble (ADAR d’Obernai). Le Vinopôle accueillera également comme membres associés l’Etablissement Public Local d'Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Rouffach, l’Institut National de la Recherche Agronomique de Colmar et l’Association Alsace Vitae (qui coordonne la R&D viticole au sein du Biopôle de Colmar). Conformément à la note d’orientation technique arrêtée par la commission technique du CIVA l’an dernier, le Vinopôle doit se pencher sur trois axes prioritaires : la recherche sur les maladies du bois de la vigne, la conduite agro-écologique des vignobles et l’amélioration des qualités des raisins/vins.

L’accord cadre sera signé, et effectif, ce 7 août 2015 à midi, sur le stand de la Chambre d’Agriculture de la Région Alsace. L’occasion pour le CIVA de se positionner en acteur de la recherche viti-vinicole régionale. Et surtout de faire oublier, au moins un instant, les dissensions sur sa gouvernance, qui éclatent au grand jour depuis la dernière assemblée générale (cliquer ici pour en savoir plus). Après ces « tangages », Jean-Louis Vézien estime qu’il faut d’autant plus « rappeler en permanence que le CIVA est le bras armé de la filière, avec trois missions opérationnelles : l’appui technique, le suivi économique et la communication ».

La structure alsacienne sera le quatrième Vinopôle français, après ceux de Bordeaux-Aquitaine, Lisle-sur-Tarn et Amboise (inauguré ce 7 juillet).

 

 

(Photo : Biopôle de Colmar ; Alsace Vitae)

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé