LE FIL

Viticulture de précision

Premier essai réussi pour Vinbot

Mardi 21 juillet 2015 par Marie-Line Darcy (La Vigne - Vitisphere)

Viticulture de précision : premier essai réussi pour Vinbot

Le petit robot Vinbot (contraction de « vineyard robot » qui signifie robot pour le vignoble) a parcouru la vigne d’étude de l’Institut d’Agronomie de Lisbonne (Portugal) sans aucune anicroche, ce 16 juillet. Doté d’un ensemble de capteurs et de caméras, ce robot pourra permettre aux viticulteurs d’estimer la vigueur et le rendement. L’appareil est parfaitement autonome et n’est dirigé par aucune télécommande. C’est un balayage laser à 360° qui repère les obstacles sur sa route afin de les éviter. Il se déplace entre les vignes et tourne seul en bout de rang pour arpenter le rang suivant.

Avec ses caméras embarquées qui permettent, entre autres, la photographie en 3D et les balayages infrarouges, Vinbot scrute le plan de palissage et le feuillage en temps réel. Il convertit ensuite les informations recueillies sous forme de cartes. Sa batterie lui confère une grande autonomie pour travailler sur de très grandes surfaces (150 ha). À terme, ce robot devrait permettre de réaliser des cartographies de la vigueur et des rendements. Il devrait également juger si la vigne est stressée ou pas. Des données qui serviront aux viticulteurs afin de mieux raisonner leurs interventions.

Mais le robot nécessite encore des mises au point. « C’est pour l’instant une réussite. Mais à ce stade, Vinbot est comme un enfant : il faut lui apprendre à identifier les différents éléments qu’il enregistre. Plus il aura d’informations et plus il sera capable de restituer un portrait complet de la vigne », explique João Encarnação, de la société espagnole Ateknea, spécialisée dans l’élaboration d’algorithmes d’analyses des données. Le robot doit donc « étudier » le plus de cépages possibles. « Il existe des centaines de variétés, mais le nombre de celles qui sont cultivées est assez réduit », indique Carlos Lopes, professeur à l’ISA et responsable de l’expérience.

Outre la société Ateknea, le projet associe l’entreprise Robotnik, trois laboratoires et universités et quatre groupements de viticulteurs venus d’Espagne, du Portugal, d’Italie et de Hongrie. Une fois le programme terminé, le prototype Vinbot devrait coûter 30 000 euros, mais son prix devrait baisser rapidement à 20 000 euros. Vinbot s’adresse aux groupements de producteurs ou aux grands domaines. Le projet est financé à hauteur de 2,5 millions d’euros par l’Europe.

 

 

(Photo : Carlos Lopes, ISA)

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé