Accueil / Viticulture / Nathalie Ollat : malgré le changement climatique, « Bordeaux fera toujours du bordeaux ! »

Nathalie Ollat : malgré le changement climatique, « Bordeaux fera toujours du bordeaux ! »

Par Alexandre Abellan Le 08 juillet 2015
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Nathalie Ollat : malgré le changement climatique, « Bordeaux fera toujours du bordeaux ! »
E

njeu du changement climatique, la modification du potentiel viticole des régions productrices est source de fantasme et d'emballement (comme en témoigne une étude américaine de 2013). « On voit des cartes alarmistes, et provocatrices, qui annoncent que l'on pourra produire dans le futur les vins de bordeaux en Normandie... A Bordeaux, on fera toujours du bordeaux, mais le vin évoluera. Comme il a évolué dans le passé en terme d'encépagement, de techniques... » relativise Nathalie Ollat (ingénieur de recherche à l'Institut Supérieur de la Vigne et du Vin) lors de la matinée Innovin du 7 juillet. Co-animatrice du métaprogramme INRA-LACAVE, elle ne cache cependant pas que la phase de transition risque d'être particulièrement brutale. Et nécessite dès aujourd'hui l'ouverture d'une réflexion transversale sur les nécessaires adaptations du vignoble.

Se basant sur les travaux du chercheur ligérien Gérard Barbeau (INRA d'Angers), Nathalie Ollat liste les stratégies d'évolution envisageables à court terme (gestion du feuillage et de l'enherbement à la parcelle, développement d'alertes météorologiques régionales...), de moyen terme (irrigation d'appoint, révision des cahiers des charges...) et de long terme (création variétale et réencépagement, modifications géographiques des bassins viticoles...). Mais l'enjeu pour elle reste de « prendre en compte la perception des producteurs et consommateurs, sinon cela ne sert à rien de proposer des solutions qui ne sont pas adaptées, pour cause de blocages ».

A noter que si les simulations climatiques comportent de manière inhérente leur lot d'incertitudes, la modélisation des effets physiologique d'un réchauffement sur la vigne est particulièrement ardue (cliquer ici pour en savoir plus).

 

 

[Photo de Nathalie Ollat : Gautier Dufau (Universite de Bordeaux)]

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé