Accueil / Politique / Alsace : remous à l'interprofession

Alsace : remous à l'interprofession

Par Christophe Reibel La Vigne - Vitisphere Le 30 juin 2015
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Alsace : remous à l'interprofession

quoi sert le Conseil interprofessionnel des vins d’Alsace ? Une telle question revient régulièrement dans la bouche des professionnels. Fin 2014, le conseil de direction du Civa a commandé un « audit social » au cabinet Human Capital Investment. Facturé 19 507,50 euros, il a consisté en une analyse détaillée de chaque poste. Il a surtout été mal vécu par les vingt-sept salariés du Civa, au point d’entraîner, le 8 juin 2015, la démission de Richard Kannemacher, 52 ans, directeur marketing du Civa depuis vingt-sept ans. 

Selon nos informations, le directeur de l’interprofession, Jean-Louis Vézien, 60 ans, était lui aussi sur la sellette mais aurait sauvé sa tête lors d’un récent conseil de direction. « Cet audit a été mené à charge », n’hésite pas à dire un proche du dossier qui a eu accès au document dont les conclusions n’ont toujours pas été présentées.

Comme l’a annoncé Robert Dietrich, président au mandat renouvelé pour la troisième année consécutive, lors de l’assemblée générale du 26 juin, à Colmar, le Civa envisage deux recrutements. Le premier concerne le service économique, poste laissé vacant par le départ à la retraite de sa responsable, dont les compétences, jusque-là centrées sur l’établissement de statistiques, seront désormais étendues au « développement de l’analyse économique interne ». Le deuxième poste serait un secrétariat général qui commencerait à reprendre les dossiers marketing en cours et assisterait l’actuel directeur général.

La sérénité manque également dans les rangs des délégués du collège production de l’interprofession. Lors de l'élection du conseil de direction, le Syndicat des vignerons indépendants d’Alsace (Synvira) a dû s'incliner devant le vote à bulletin secret, une rareté pour le Civa. La majorité a choisi la proposition de l'Ava, ce qui a eu pour conséquence de remplacer un vigneron indépendant par un vendeur de raisin.

Lors des débats, la production a réclamé la révision des statuts et de la gouvernance du Civa ainsi qu’une réflexion sur les objectifs du vignoble alsacien à dix ans. Ces deux points ont semblé faire davantage l’unanimité de l’assemblée.

 

 

[Photo :  Robert Dietrich, président du CIVA, Crédit photo : Christophe Reibel]


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé