LE FIL

Communication

La Clairette de Die se pose entre production ancestrale et consommations actuelles

Vendredi 26 juin 2015 par Alexandre Abellan

Communication : la Clairette de Die se pose entre production ancestrale et consommations actuelles

Sous la signature de « l’effervescence intemporelle », les vins AOC Clairette de Die viennent de dévoiler leur nouvelle charte graphique : résolument sobre dans sa déclinaison en noir et blanc. Oubliée la campagne en place depuis 15 ans, qui mettait en avant une explosion d'arômes fruités, dorénavant il s'agit de clarifier et élever le positionnement d'un vin effervescent ancré aux pieds du Vercors. « Souvent, on met la Clairette de Die dans la catégorie des vins de dessert has-been » regrette Fabien Lombard, le président du syndicat de la Clairette de Die, « or nous avons l'impression que nos vins corresondent au contraire aux attentes des consommateurs actuels : fruités, doux, avec peu d'alcool... » Et surtout pétillants, la catégorie incontournable du moment. Pour Fabien Lombard, la volonté affichée de la Clairette de Die est de se placer « entre le champagne et les proseccos/cavas, sur le segment des crémants. Notre prix de vente moyen est aujourd'hui entre 5 et 8 euros la bouteille, nous visons les 7 à 10 euros. Nous travaillons un vignoble escarpé, de montagne, les coûts de production sont importants. »

Si les fêtes de fin d'année restent le rendez-vous commercial des vins effervescents, la Clairette a souhaité mettre en place sa nouvelle communication dès la période estivale sur la vallée de la Drôme, afin de soutenir les ventes au caveau. « Avec l'export, l'oenotourisme est la source de croissance et de valorisation » souligne Fabien Lombard. Cette montée en gamme nécessitera des efforts soutenus, notamment quand on constate que la principale suggestion Google pour une recherche web de Clairette de Die reste « pas cher » (entre « tradition » et « Jaillance »).

Réunissant 300 opérateurs (pour 25 caves particulières), l'AOC Clairette de Die Méthode Ancestrale a produit 88 600 hectolitres de vin en 2014 (stable par rapport à 2013), sur 1 400 hectares revendiqués. Son premier marché reste de loin la France (avec 80 % des volumes), et plus particulièrement la grande distribution (65 % des volumes vendus nationalement).

 

 

 

[Photo des membres du syndicat diois et illustration de la campagne de communication 2015 : Syndicat de la Clairette de Die]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé