LE FIL

L'avenir appartient aux audacieux

Interloire réduit son budget de 40%

Mardi 23 juin 2015 par Marion Ivaldi La Vigne - Vitisphere

L'avenir appartient aux audacieux : Interloire réduit son budget de 40%

C'est un vrai pari pour Interloire. Son assemblée générale, qui s'est tenue à Joué-les-Tours le 23 juin, a voté, à l'unanimité, une diminution drastique du montant des cotisations volontaires obligatoires (CV0). Désormais, la quarantaine d'appellations adhérentes s'acquitteront d'une cotisation d'un montant de 2,50 euros/hl, ce qui fait d'Interloire l'une des interprofessions les plus accessibles de France pour les vins d'appellations.

 

Cette décision entraîne de facto une réduction du périmètre budgétaire qui s'élèvera à 4,6 millions d'euros en 2016 contre 7,8 millions d'euros cette année. Le budget pourra, cependant, être supérieur si le nouveau mode de financement d'Interloire attire de nouvelles adhésions. En effet, 10 ODG sont membres de l'interprofession tandis que 10 ne cotisent pas. « Si nous avions tout le périmètre ligérien, le budget 2016 serait alors de 5,3 millions d'euros » précise Benoît Stenne, directeur général d'Interloire. La décision séduira-t-elle les indications géographiques qui bordent la Loire ? Pour l'instant, il est un peu tôt pour y répondre. Il est cependant possible de noter que les liens avec l'interprofession des IGP du Val de Loire se resserrent, sur des questions touchant à la dématérialisation. Un premier pas vers un travail collectif ?

 

La réduction du budget est assortie d'une révision des missions de l'Interprofession. Désormais, elles sont au nombre de quatre : représenter et défendre les intérêts politiques, économiques, commerciaux, techniques et environnementaux ; accroître la notoriété des vins ligérien à l'international ; soutenir les appellations par le pilotage d'actions collectives transversales, accompagner la compétitivité des entreprises (observatoire économique et simplification administrative). Les actions spécifiques de communication et promotion, dédiées aux appellations, sont donc supprimées de la compétence d'Interloire. Et c'est désormais à chaque ODG de prendre son destin en main. « Je pense qu'il faut que le syndicalisme vive et que les producteurs sont les mieux à même à porter leur communication » commente Gérard Vinet, président d'Interloire.

 

Cette décision prise, il reste encore du chemin à parcourir. Y aura-t-il un redéploiement des lignes budgétaires ? Le budget d'Interloire porte en effet des frais de fonctionnement assez lourds : quatre maisons des vins et trois centres de décision sont autant de structures qui pèsent dans le budget. Se pose aussi la question du personnel puisque les missions de l'interprofession sont revisitées. Des licenciements sont-ils à prévoir ? La réponse est pour l'instant éludée... De l'audace : Interloire réduit son budget de 40%

 

 

[Photo (de gauche à droite) : Gérard Vinet, président d'Interloire, et Bernard Jacob, premier vice-président d'Interloire - Crédit photo : Marion Ivaldi]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé