LE FIL

Les conseils du maître

Comment ne pas (trop) rater un blind tasting selon Paolo Basso

Jeudi 18 juin 2015 par Alexandre Abellan

Les conseils du maître : comment ne pas (trop) rater un blind tasting selon Paolo Basso

Au royaume des dégustations de vins à l'aveugle, le meilleur sommelier reste le roi et ses conseils sont d'or. Animant un blind tasting en clôture du salon Vinexpo, Paolo Basso, le meilleur sommelier du monde 2013, n'était pas avare en astuces : « souvenez-vous que la première impression est toujours la bonne. La direction émotionnelle est de meilleur conseil que l'examen rationnel. » De même, il a mis un point d'honneur à marteler que « le plus important dans la dégustation reste la concentration. 80 % du succès se fait dans la tête, les capacités sensorielles (nez, palais...) ne comptent que pour 20 % ».

Ayant sélectionné les 10 vins proposés*, Paolo Basso tenait son rôle de guide, donnant les éléments clés de dégustation pour éviter les tâtonnements (pourtant inévitables) des candidats au vu de la difficulté de l'exercice. « Il y a 20 ans, il était plus facile d'identifier un vin (région, cépages et millésime). Maintenant les caractéres régionaux sont moins marqués, tout voyage avec les flying winemakers. Le plus difficile à reconnaître reste le millésime » estime Paolo Basso. Et si l'exercice de la dégustation à l'aveugle est une bonne école pour ouvrir l'esprit d'un sommelier, le sommelier suisse souligne que ce n'est pas une fin en soit : « l'important est ensuite de pouvoir ne se concentrer que sur la qualité d'un vin, quel que soit l'environnement ».

Pour Vinexpo, cette dégustation à l'aveugle pourrait tenir de la répétition, à petite échelle, avant l'accueil de la finale du concours de Meilleur Sommelier du Monde en 2019. Directeur général de Vinexpo, Guillaume Deglise a rappelé la candidature de Vinexpo pour cet événement dont la France sera l'hôte (en 2016, la compétition se tiendra en Argentine).

Avec le score impressionnant de 63 points sur 100, le vainqueur du challenge est Miguel Chan (chef sommelier du groupe hôtelier Tsogo Sun), visiblement on ne peut plus ravi de repartir avec un jéroboam de Bollinger rosé.

 

 

* : Qui venaient aussi bien d'Alsace et d'Argentine, que de la Grèce ou du Rhône, en accord avec le slogan « taste the unexpected » de cette édition 2015.

 

 

[Photo : Guillaume Deglise (directeur général de Vinexpo) et Paolo Basso ce 18 juin au salon Vinexpo]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé