LE FIL

Couleur des rosés

La tendance à l'éclaircissement continue

Jeudi 18 juin 2015 par Alexandre Abellan

Couleur des rosés : la tendance à l'éclaircissement continue

« En onze ans, l'intensité de la couleur des vins rosés dans le monde a été divisée par deux. C'est colossal ! » assure Gilles Masson, le directeur du centre de recherche et d'expérimentation du rosé*. Lors d'une conférence Vinexpo, il a présenté les derniers résultats de son étude des intensités colorantes de 1 000 rosés prélevés dans le monde. Partie de 0,80 en 2004, l'intensité colorante moyenne n'a cessé de diminuer, pour arriver à 0,37 en 2015. Si la clarification des rosés est une tendance de fond, les identités locales restent fortes dans la palette des teintes. « En France, la Provence présente les rosés les plus clairs, et Bordeaux les plus foncés. Par pays, l'Allemagne et la France sont les producteurs les plus clairs, quand l'Espagne reste le plus foncé » détaille Gilles Masson. Plaidant pour la diversité des rosés, il appelle au « travail sur les typicités, pour proposer aux consommateurs de quoi répondre à des goûts et moments de vie différents ».

Si le marché mondial des rosés s'oriente toujours sur le type provençal (clair et aromatique), il est toujours en évolution souligne Michel Couderc, le responsable des études économiques du Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence. « La tendance à l'augmentation de la consommation est essentiellement portée par une population jeune (sauf en France, plus transgénérationnelle) et féminine (à l'exception du Brésil), ce qui laisse entendre encore des perspectives de croissance pour les années à venir » prédit-il.

Remettant la mode actuelle dans la perspective historique, François Millo (directeur général du CIVP), rappelle qu'« il a fallu les congés payés de 1936 pour redécouvrir les rosés, et les années 1980 pour son avènement technique (maîtrise du froid et gestion de l'oxygène) ». Un passé qui a ancré la consommation de rosé dans la période estivale (la moitié des volumes consommés en France le sont à ce moment), mais qui n'augure donc pas de son avenir.

 

 

* : Plus épineuse qu'il n'y paraît, la définition des vins rosés pourrait être la suivante. « Un vin majoritairement obtenu par des cépages rouges et plutôt pressés avant la fermentation alcoolique » propose Gilles Masson, qui se fait un point d'honneur à « trouver une définition qui accueille tout le monde ».

 

 

[Photo : Dégustation de rosés de Provence durant le salon Vinexpo ce 17 juin]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé