Accueil / / Michel Baldassini : « la santé de notre vignoble reste fondamentale pour notre compétitivité » [exclusif]

Michel Baldassini : « la santé de notre vignoble reste fondamentale pour notre compétitivité » [exclusif]

Par Vitisphere Le 13 juin 2015
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Michel Baldassini : « la santé de notre vignoble reste fondamentale pour notre compétitivité » [exclusif]
E

sca, Black Dead Arm, eutypiose... Pour certains opérateurs de la filière, ces maladies du bois de la vigne semblent éloignées et sans conséquences directes sur leur activité. Une approche erronée et dangereuse pour Michel Baldassini, le nouveau président du Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d'Origine, qui pilote un plan dépérissement pour l'ensemble du vignoble français. Il estime en effet que « même si nos préoccupations vont naturellement vers l’adéquation de nos vins aux marchés, nous devons bien garder en mémoire que la santé de notre vignoble reste fondamentale pour notre compétitivité ».

Après des années de recherches, la filière s'impatiente et vient de s'unir pour lancer une étude nationale afin d'analyser les erreurs passées et préparer la recherche future. Prenant une forme bibliométrique, cette enquête a été conduite par le cabinet d’étude Bip, qui s'est penché sur 18 000 publications scientifiques (sur les 60 000 articles sur la viticulture et l’oenologie publiés depuis 1969). D'après les premiers résultats, ce ne sont pas moins de 70 facteurs qui pourraient avoir un effet sur ces maladies de dépérissement de la vigne (le cep perdant en rendement jusqu'à se dessécher). Cette phase de bilan doit s'achver ce 22 juillet, lors d'un colloque à la maison de la Chimie (Paris).

L'ensemble des représentants de la filière est convié à cet événement, qui pourrait déboucher sur de nouvells annonces d'investissements collectifs pour la recherche. Sachant qu'aucun vignoble n'est épargné (77 % du vignoble hexgonal est exposé), « il est indispensable que toutes les régions, sans exception, réfléchissent aux moyens équitables de participer à l’effort financier qui va sans nul doute, être nécessaire pour éradiquer ce fléau » annonce Michel Baldissini.

 

 

[Source : Vitisphere ; Photo de Michel Baldassini : CNIV]

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé