LE FIL

Languedoc-Roussillon

Le marché du foncier viticole croît de 29%

Lundi 08 juin 2015 par Michèle Trévoux La Vigne-Vitisphere

Languedoc-Roussillon : le marché du foncier viticole croît de 29%

La tendance déjà observée l’an dernier se confirme et s’accentue : avec 5 735 ha échangés en 2014, le marché du foncer viticole en Languedoc Roussillon enregistre une progression de 20% par rapport à 2013. « Notre région est celle où il s’est le plus acheté de vigne en 2014 », a souligné Dominique Granier, président de la Safer Languedoc-Roussillon lors de la présentation du bilan annuel du marché immobilier rural le 5 juin. En valeur, la progression du marché est encore plus prononcée avec un montant total de 73,5M€ en hausse de 29% par rapport à l’an dernier.

« Les producteurs locaux représentent l’essentiel des acheteurs et les installations de viticulteurs représentent un tiers des surfaces traitées par la Safer. Mais le profil des acheteurs se diversifie.Les grands opérateurs régionauxet nationaux (Grands chais de France, Paul Mas, Gérard Bertrand…) accentuent leur pression dans un souci d’assurer leur sourcing. Des investisseurs étrangers arrivent avec un nouveau regard sur notre vignoble. On assiste aussi au retour des investissements de particuliers, qui avaient disparu à partir de 2008, suite à la crise. Enfin les coopératives se positionnent elles aussi pour sécuriser leur production », a précisé Thierry Loscos, responsable du service Grands Domaines de la Safer.

Cette demande fait progresser le prix des vignes, de 1,7 % en moyenne pour la région. L’hectare de VSIG s’est échangé à 9 600 € en moyenne pour une fourchette comprise entre 5 500 €/ha et 15 000 €/ha. Les vignes en IGP se négocient entre 6500 et 20 000 €/ha, les AOP génériques (Corbières, Minervois, Côtes du Roussillon, Languedoc..) valent entre 8 000 et 16 000 €/ha, les appellations spécifiques (Pic Saint Loup, Picpoul de Pinet, Collioure…) se vendent entre 16 000 et 20 000 €/ha. Pour les crus (Lirac Tavel…), l’éventail de prix est encore plus large : entre 23 000 et 79 000 €/ha. Même à ces prix, le vignoble languedocien reste le moins cher d’Europe.

Malgré ce contexte favorable, les dirigeants de la Safer s’inquiètent du faible renouvellement des générations. «70% des exploitations de cette région sont en faire-valoir direct. C’est beaucoup plus que dans toutes les autres régions viticoles françaises. Si nous voulons installer des jeunes, il va falloir revoir ce mode d’exploitation.Il ne faut pas avoir peur des investisseurs. C’est une bonne solution pour alléger le coût de l’installation », a plaidé Dominique Granier.

 

La Safer Languedoc-Roussillon a également annoncé sa fusion avec deux structures de Midi-Pyrénées prévue pour 2017. Cette future Safer, adossée sur les nouveaux contours régionaux, serait la plus grande de France, couvrant 35% des surfaces agricoles françaises.

 

[Crédit photo : Spedona]

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé