LE FIL

Gérard César

Pour clarifier la loi Evin, « le combat est à moitié gagné »

Mardi 02 juin 2015 par Alexandre Abellan

Gérard César : pour clarifier la loi Evin, « le combat est à moitié gagné »

Si le souffle d'un durcissement de la loi Evin n'a pas manqué de donner des sueurs froides au vignoble français, l'éclaircissement de son application est une possibilité qui nourrit les espoirs. « Les députés ont fait leur boulot pour éviter le pire, par rapport aux attaques et amendements déposés à la loi de santé publique. Mais ça ne suffit pas ! » résume le sénateur Gérard César, invité ce premier juin à la réunion mensuelle de la Fédération des Caves Coopératives Vinicoles d'Aquitaine (FCVA).

« Aujourd'hui on ne touche pas du tout à la loi Evin, il faut au contraire approfondir les choses. L'amendement pris au Sénat va dans ce sens. » Adopté à l'unanimité moins une voix, l'amendement 633 à la loi Macron* va être prochainement examiné à l'Assemblée Nationale (les commissions de seconde lecture doivent se réunir dès le 8 juin). Appelant à une nouvelle mobilisation de l'ensemble des parlementaires pour remporter «définitivement un combat à moitié gagné », Gérard César promet que si le texte est adopté « sans toucher une virgule, nous pourrons dormir tranquille : quand un journaliste fera de la communication sur une région viticole, il ne risquera plus d'être condamné ». Taquin, il souligne qu'en tirant au clair cette définition, il en sera fini du « fonds de commerce de l'ANPAA (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie), qui vit de subventions que l'Etat lui verse et des procès qu'elle gagne. »

Sur le sujet, l'ANPAA vient d'ailleurs de publier un communiqué fustigeant « la volonté du lobby alcool de réécrire la loi Evin » et « donner de la publicité pour les boissons alcooliques une définition si limitée et si complexe que la loi Evin deviendra de facto inapplicable et qu’elle permettra d’en faire une promotion débridée et illimitée ». L'ANPAA s'en prend plus particulièrement à « la filière viticole [qui] promeut des produits qui favorisent [les risques et les dommages sanitaires et sociaux dus à une alcoolisation excessive] ».

 

 

* : ou « loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques ».

 

 

[Photo : Gérard César ce premier juin à la Cité Mondiale de Bordeaux, entouré de Bernard Solans et Dominique Saintout (président et directeur de la FCVA)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé