Accueil / Commerce/Gestion / Hervé Grandeaux : « ceux qui négocient des cours indécents n'ont pas confiance dans le Bordeaux rosé »

Le cours des Bordeaux rosés avoisine les 1000 euros/tonneau en forte baisse par rapport au...
Hervé Grandeaux : « ceux qui négocient des cours indécents n'ont pas confiance dans le Bordeaux rosé »

Par Alexandre Abellan Le 01 juin 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Hervé Grandeaux : « ceux qui négocient des cours indécents n'ont pas confiance dans le Bordeaux rosé »
C

onséquence d'une récolte historique (+39 % par rapport à 2013), le cours moyen du tonneau de Bordeaux rosé 2014 est tombé à 1 030 euros à la fin avril (pour 7 000 hl échanges). « On peut dire que l'on n'avait pas totalement mesuré le niveau de volume produit, on pariait plus sur 230 000 hl en 2014 » reconnaît Hervé Grandeau, le président des Bordeaux et Bordeaux Supérieur. Avec 258 000 hl revendiqués le dernier millésime, « cela a poussé certains acteurs à négocier le tonneau à des cours indécents. Ce sont des opérateurs qui n'ont pas confiance dans la force de Bordeaux rosé » regrette-t-il. « On est passés de 1 200 € le tonneau en début de campagne à 1 000 € » estime, sans pincettes, le courtier Xavier Coumau. Le Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur nuance cependant le tableau. Prise dans son ensemble, la campagne 2014-2015 présenterait de bons résultats, avec 92 000 hectolitres de Bordeaux rosé échangés, pour un cours moyen de 1 174 € à la fin avril.

Pour l'AOC Bordeaux rosé, l'enjeu n'est finalement pas tant dans cette fin de campagne que le millésime à venir. « Ceux qui ont cru bon de faire du Bordeaux rosé par opportunisme, risquent surement de ne pas en produire en 2015. Ce qui va déstabiliser le marché dans l'autre sens » prévient Hervé Grandeau. Préférant se montrer optimiste, il assure cependant que « la consommation de rosés augmente, il faut alimenter cette demande. Notre ambition, c'est de reprendre la troisième place des producteurs français de rosés, derrière la Provence et la Loire. Et ce n'est pas avec des volumes limités que l'on pourra atteindre des ventes record : il faut une production à la hauteur. »

Réunis cette fin mai pour les résultats du concours « Bordeaux rosé », les opérateurs girondins se sont montrés particulièrement attentifs aux créations d'étudiants pour renforcer l'image de l'AOC. En attendant que la filière s'empare de l'un de ces projets, la campagne radio de Bordeaux rosé est annoncée pour une quatrième saison cet été. Elle devrait d'ailleurs être accompagnée par une campagne nationale d'affichage.

 

 

[Photo de Hervé Grandeau : Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé