Accueil / Viticulture / Gironde : une exceptionnelle sortie des premiers symptômes de mildiou

En plus du Black-Rot, le secteur du Libournais a été, la semaine dernière, touché par le mildiou.
Gironde : une exceptionnelle sortie des premiers symptômes de mildiou

Par Juliette Cassagnes Le 28 mai 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Gironde : une exceptionnelle sortie des premiers symptômes de mildiou
E

n plus du Black-Rot, le secteur du Libournais a été, la semaine dernière, touché par une « très forte expression de symptômes » de mildiou. La zone plus particulièrement concernée se situant dans le Nord libournais, autour des communes de Néac, Lussac et Montagne. « C’est le point noir du département, confirme Bruno Samie, coordinateur du conseil viticole à la Chambre d'agriculture de Gironde. En Médoc par exemple, tout va bien, que ce soit au niveau Black Rot, mildiou, oïdium ou ravageur ! ».

 

Ces symptômes se sont manifestés par des sorties, « de façon très rapide et très importante », de nouvelles taches sur feuilles - particulièrement sur celles néo-formées, n’étant pas protégées par le dernier traitement – et sur inflorescences. Sur certaines parcelles, la fréquence d’attaque pouvait aller jusqu’à 10% sur feuilles et 25% sur grappes…La virulence de la maladie a donc surpris les viticulteurs, qui « ont eu du mal à l’anticiper ».

 

« Pour l’expliquer, certains avancent une double-contamination très précoce, l’une située les 24-25 avril, et une précédente, le 18-19 avril, mais qui serait passée inaperçue », indique le conseiller. Autre explication possible au fait que les professionnels n’ont pas vu venir cette « exceptionnelle sortie des premiers symptômes » : la mauvaise mesure du risque par le modèle maladie, qui a été « trop optimiste » selon certains.

 

Mais pour ceux qui respectent les règles permettant de s’assurer d’une protection phytosanitaire efficace - en d’autres termes, « au bon moment, avec le bon produit et le bon matériel » - le développement de la maladie a pu être contrôlé. Et pour les cas les plus critiques, les conditions météorologiques actuelles et à venir, annoncées ensoleillées et chaudes, permettent une amélioration progressive de la situation: « Là où il y avait le feu la semaine dernière, la maladie commence à être sous contrôle, les taches n’évoluent plus », témoigne Bruno Samie.

 

Les viticulteurs doivent cependant rester vigilants et ne pas « relâcher la pression », estime celui-ci : la période critique de la floraison étant actuellement en cours, ou pas loin de l’être...

[crédit photo:C Stef]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé