LE FIL

Communication

Les Costières de Nîmes se créent un réseau d'ambassadeurs

Mardi 28 avril 2015 par Michèle Trévoux La Vigne - Vitisphere

Communication : les Costières de Nîmes se créent un réseau d'ambassadeurs

L’effet communauté, c’est le pari lancé par l’appellation Costières de Nîmes, qui réunissait le 23 avril, pour la première fois, les premiers membres de sa Crocoteam. L’idée a été lancée l’année dernière. Le Syndicat des Costières de Nîmes, appuyé par l’agence Clair de Lune, créait, pour la première fois en France, une communauté, jusqu’ici virtuelle, d’ambassadeurs du vignoble. Ces émissaires se sont inscrits à l’occasion d’événements organisés par le syndicat : Nîmes Toquée, Vignes Toquées, les JeuDivin ou la Bodega, pendant la Féria de Nîmes.

Aujourd’hui, ils sont déjà plus de 300. C’est pour les rencontrer que le syndicat les a conviés à un apéritif dînatoire. Une trentaine de ces Crocoteamers ont répondu à l’invitation et ont alors répondu à un questionnaire destiné à mieux connaître leurs motivations et leurs envies d’implication dans les événements de l’appellation. Les profils sont variés, tant au niveau de l’âge que des parcours professionnels. Mais tous partagent une même passion pour le vin et l’envie de nouvelles rencontres. Laura et Anthony, à peine 25 ans, sont par exemple des inconditionnels des JeuDivin, soirées dégustation qui se tiennent tous les jeudis d’été à Nîmes, en présence des vignerons des Costières de Nîmes. Nîmois d’adoption, Elisabeth et Daniel, la soixantaine, sont eux des adeptes des Vignes Toquées, balade gastronomique dans les vignes.

Tous témoignent de leur envie d’approfondir leurs connaissances, de rencontrer des producteurs et de découvrir de nouveaux vins. « Nous voulons faire de Nîmes le bastion de l’AOC. Aujourd’hui, nos vins ne sont pas assez représentés dans la restauration locale. Nous comptons sur ces ambassadeurs pour montrer aux restaurateurs que la demande est là », argumente Nicolas Ponzo, le directeur du syndicat. C’est un premier objectif, mais le syndicat n’entend pas s’arrêter là. Il va s’attacher à construire la notoriété de l’appellation en s’appuyant sur ces « prosumers » comme on nomme dans le jargon marketing ces intermédiaires entre consommateurs et professionnels.  

 

 

[Photo : Michèle Trévoux (La Vigne)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé