LE FIL

Aude

Les 2000 hectares de la plaine narbonnaise touchés par le gel

Jeudi 09 avril 2015 par Michèle Trévoux La Vigne - Vitisphere

Aude : les 2000 hectares de la plaine narbonnaise touchés par le gel

Le mauvais sort semble s’acharner sur les viticulteurs audois. Après la grêle de l’été dernier et les inondations de l’automne, c’est maintenant le gel qui vient de toucher le vignoble de l’est du département et quelques communes des Corbières. L'épisode a touché 2000 ha.

La gelée est survenue dans la nuit du dimanche au lundi de Pâques au cours de laquelle le thermomètre a chuté entre - 2 à - 3°C. La nuit suivante, les températures ont à nouveau été négatives, entre - 1,5 et - 2,5°C, mais avec une humidité ambiante plus importante, occasionnant de nouveaux dommages.

Ouveillan, Sallèles-d’Aude, Fleury-d’Aude, Coursan, Cuxac ainsi que Canet et Névian sont les communes les plus touchées. Le gel a frappé les cépages précoces : chardonnay et, dans une moindre mesure, pinot noir. Quelques dégâts ont également été constatés sur des merlots situés dans des terres froides et des carignans.

Ces dégâts sont encore difficiles à estimer, mais dans la plaine narbonnaise, sur une zone de 2 000 ha, 500 ha de chardonnay sont plus ou moins impactés.

« Les parcelles les plus touchées sont celles conduites en taille rase, où le cycle végétatif était déjà au stade inflorescence. Certaines parcelles sont gelées à 100 %, d’autres ont été moins touchées. C’est très hétérogène », estime Nicolas Sourd, de la chambre d’agriculture de l’Aude.

 

Même constat à la cave coopérative de Narbonne-Ouveillan. « Les dégâts s’observent surtout dans les bas-fonds et les secteurs les plus froids. C’est très irrégulier. Dans un même tènement, certaines parcelles sont touchées, d’autres non. Nous n’avons pas de parcelle touchée à 100 %, mais certaines le sont à plus de 50 % », indique Bernard Pitié, le directeur de la coopérative.

Comble de malchance, une partie des vignes grêlées l’été dernier, sans doute fragilisées, a subi ce gel de printemps. « C’est préoccupant, car l’assurance se base sur la moyenne de récolte des cinq dernières années. Les viticulteurs ne vont pas toucher grand-chose », s’inquiète Frédéric Rouannet, président du syndicat, déjà sur le front pour assister les viticulteurs concernés.

Le syndicat des vignerons de l’Aude, tout comme la chambre d’agriculture, leur recommande de prendre contact au plus tôt avec leur compagnie d’assurance.

 

 

 

Crédit photo : Chambre d'Agriculture de l'Aude

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé