Accueil / Commerce/Gestion / Vins en petits contenants : il n'y a pas que les BIB qui bénéficient des modes de consommation individuelle

Vins en petits contenants : il n'y a pas que les BIB qui bénéficient des modes de consommation individuelle

Par Alexandre Abellan Le 07 avril 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vins en petits contenants : il n'y a pas que les BIB qui bénéficient des modes de consommation individuelle
S

i la bouteille de 75 cL règne en maître dans les linéaires, les formats alternatifs sont de moins en moins réduits aux compléments de gamme. Si les BIB sont le symbole le plus visible du développement des consommations nomades individuelles, les plus petits formats de bouteilles ne sont pas en reste : 18,7 cl, 25 cl, 37,5 cl, et 50 cL. « Les critères de choix des consommateurs français se portent sur les régions et les origines mais aussi sur le conditionnement » estime Franck Crouzet, le directeur de la communication du négoce Castel Frères, qui voit dans le format « un élément déterminant de l’acte d’achat ». Jugeant le consommateur français peu ouvert aux petits contenants, Daniel Imacolato, le directeur du négoce Paul Sapin, juge au contraire que « la France est le seul secteur imperméable à cette tendance », faisant plutôt état de « beaucoup de développement sur le snacking, la restauration rapide et de la consommation en stades et en salles de concert à l'étranger ».

Proposant des demi-bouteilles (37,5 cL) depuis 25 ans et des formats intermédiaires (18,7 et 25 cL) depuis une dizaine d'années, Castel Frères mise historiquement sur « ce type de format, facile, pratique, accessible et sans contraintes pour une consommation "au gré des envies", adaptée aux différents moments de consommation à la maison et hors domicile » estime Franck Crouzet. Ce dernier « ne parle plus de niche, mais d’un savoir-faire, d’un métier avec des compétences à part entière ». La filiale spécialisée Castel Restauration décline ainsi son offre aux compagnies maritimes et aériennes. Des marchés porteurs confirme Daniel Imacolato, qui souligne la croissance du nombre d'aéroports internationaux en Europe et Asie (l'aérien représentant le cinquième de son activité).

 

* : la société Paul Sapin a enregistré en 2014 un chiffre d'affaires de 29 millions euros (+7 % par rapport à 2013), réalisé à 90 % à l'export.

 

 

[Illustration : Paul Sapin]

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé