Accueil / / Bordeaux : « caisse de résonance », les primeurs vus par Philippe Castéja

Président des Grands Crus classés en 1855, Philippe Castéja se satisfait de la qualité du millésime
Bordeaux : « caisse de résonance », les primeurs vus par Philippe Castéja

Par Alexandre Abellan Le 01 avril 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Bordeaux : « caisse de résonance », les primeurs vus par Philippe Castéja
L

a semaine des primeurs ? « Une grande chance pour l'ensemble du vignoble de Bordeaux. C'est une caisse de résonance énorme, pour les grands comme les petits châteaux » résume Philippe Castéja, le président du Conseil des Grands Crus Classés en 1855 et PDG de la maison de négoce Borie-Manoux. Egalement propriétaire du château Lynch-Moussas (Pauillac), il accueille depuis hier les dégustations de l'Union des Grands Crus de Bordeaux. En confiance, il annonce « une campagne agréable, comme toujours avec un millésime plaisant. Surtout après un millésime délicat ! Le travail est plus facile et compréhensible quand on a la chance d'avoir un bon millésime à présenter. Déjà pas mal de journalistes sont passés et les metteurs en marché arrivent maintenant en ayant entendu les opinions qui les guident. »

Célébrant en 2015 les 160 ans du classement des grands crus classés du Médoc, le conseil travaille à son classement au patrimoine immatériel de l'UNESCO. Ce qui témoigne d'une sérénité retrouvée : « il y a une quinzaine d'années, quand je suis arrivé à la présidence du conseil, le classement était remis en question par certains. Aujourd'hui, tout le monde est persuadé de la valeur du classement » tranche-t-il. Et face aux critiques sur le goût de trop cher des grands crus classés, il estime qu'il n'y a rien de plus normal : « c'est de bonne guerre. Je n'ai jamais entendu un acheteur dire que les vins n'étaient pas assez chers... » Fin 2014, il désarmorçait déjà : « je ne serais inquiet pour les cours du vin que s'il n'y avait pas de marchés. A partir du moment où il y en a, le cours correspond à la demande ».

 

 

[Photo : Philippe Castéja ce 30 mars au château Lynch Moussas (Fabrizio Bucella)]

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé