LE FIL

Charente

La filière des vins sans IG se dote d'un contrat de commercialisation

Lundi 30 mars 2015 par Bertrand Collard La Vigne - Vitisphere

Charente : la filière des vins sans IG se dote d'un contrat de commercialisation

« Il y a dix ans, le vignoble charentais produisait jusqu’à 2 millions d’hl de VSIG. Aujourd’hui, nous sommes entre 50.000 et 100.000 hl. Nous voulons relocaliser 600.000 hl de vins de base pour les mousseux en Charentes, estime Xavier Latreuille, président du syndicat des négociants en vins du bassin charentais. Cela correspond à un vignoble de 3.000 à 3.500 ha. » Reste à le planter.

Le syndicat ne veut pas attendre. Il est à l’origine de la demande d’un contingent de plantation de 400 ha de vignes nouvelles sans IG pour le bassin Charentes-Cognac et pour cette année. Pour convaincre les producteurs et garantir que ces vignes ne produiront pas de Cognac, il a mis au point un modèle de contrat privé tout à fait original.

Les signataires s’engageront, avant même la plantation, au minimum pour les cinq premières récoltes (de la troisième à la huitième feuille). Le producteur devra livrer toute la récolte de la parcelle sous contrat au négociant, lequel devra l’acheter. Mais le viticulteur devra également produire un volume minimum par hectare, à définir entre les parties.

« Pour le chardonnay, on parle de 100 à 120 hl/ha, pour l’Ugni blanc et le Colombard, on vise plutôt 200 hl/ha », détaille Xavier Latreuille.

Les parties fixeront également à l’avance un prix minimum et des clauses de révision du prix. « Il faudra que le revenu à l’hectare indiqué sur le contrat soit suffisamment motivant pour que des vignerons s’engagent », souligne le négociant.

Le contrat prévoit également des pénalités en cas de non-respect des clauses définies. Enfin, le producteur devra s’engager à rester en vin sans IG jusqu’en 2030 pour ne pas venir perturber les autres marchés. Il n’obtiendra d’autorisation de plantation que s’il présente un tel contrat dûment signé à FranceAgriMer.

Le formulaire est prêt. « Reste à faire le plus dur : trouver des viticulteurs », admet Xavier Latreuille. Le temps presse, car ceux-ci doivent déposer leur demande de plantation avant le 30 avril à FranceAgriMer. Et s’ils obtiennent une autorisation, ils pourront planter mais l’an prochain seulement.

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé