LE FIL

Phytos

Charles Pain à Chinon réduit la facture de 30%

Mercredi 18 mars 2015 par Martin Caillon La Vigne - Vitisphere

Phytos : Charles Pain à Chinon réduit la facture de 30%

 « Réduire les phytos sans prendre de risque, c’est possible ! » c’est le nom de la matinée technique organisée par la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire le 17 mars au domaine Charles Pain, à Panzoult.

 

Charles Pain, président du Groupement de Développement Viti-Vinicole 37 (GDVV) et viticulteur en AOC Chinon, a présenté les résultats obtenus sur son domaine depuis l’acquisition d’un pulvérisateur à panneaux récupérateurs en 2014.

 

Engagé, comme neuf autres exploitations viticoles du département, dans le réseau de fermes Dephy, le domaine Charles Pain traitait jusqu’en 2013 ses 52 ha (plantés à 2 m) avec un pulvérisateur Tecnoma Vectis trois rangs en face par face. En milieu de campagne, cette même année, il acquiert un appareil à panneaux récupérateurs Koléos 1000 l de Dhugues. L’équipement traite deux rangs complets par passage.

 

« Je ne suis pas en bio, je pratique une viticulture raisonnée, témoigne le vigneron. En achetant cet appareil, je ne pensais pas réaliser des économies. Mon but était d’abord de travailler plus efficacement et avec des produits plus propres pour l’environnement. »

 

Toutefois, le vigneron mesure rapidement l’intérêt de son nouvel équipement. « On récupère près de 80 % du produit en début de campagne de traitement et au moins 25 % une fois que la vigne est palissée. Et d’autant plus que les maladies du bois commencent à faire beaucoup de trous dans nos vignes", observe Charles Pain. Et le vigneron d’avancer un chiffre. « J’ai réalisé 14000 euros d’économies de produits en 2014 sur mon exploitation par rapport à 2013. Soit 30 % du montant de ma facture. C’était deux années à forte pression », précise-t-il.

 

A l’appui de ses dires, la chambre d’agriculture s’est livrée à un calcul comparatif des coûts de pulvérisation avec ces deux appareils, le Vectis de Tecnoma d’un côté, le Koléos de Dhugues de l’autre, et selon deux modalités de traitement, l’une à la dose homologuée, l’autre calculée avec l’outil Optidose.

 

Résultat, sur la campagne 2014, le programme de protection à pleine dose avec le Vectis coûte 475 euros/ha. La protection avec le même appareil, mais avec des doses calculées selon Optidose réduit le coût du traitement de 15 % (406 euros). S’élevant à 287 euros/ha, la saison de traitement avec l’appareil de pulvérisation confinée Koléos permet une économie supplémentaire de 30 %.

 

Le domaine Charles Pain présente le meilleur indice IFT (6,5 pour un indice de référence régional établi à 15) des dix exploitations engagées. Une performance qui devrait s’inscrire dans la durée. Le domaine, en effet, vient de s’offrir cette année un deuxième Koléos pour un montant de 30000 €. « Ce sont des appareils fiables, robustes et efficaces. Avec les deux, nous pourrons traiter les 52 ha du domaine en deux jours ».

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé