LE FIL

Chine-Europe

échanges de bons procédés techniques et marketing entre entreprises du vin

Lundi 16 mars 2015 par Alexandre Abellan

Chine-Europe : échanges de bons procédés techniques et marketing entre entreprises du vin

Il y a tout juste un an étaient suspendues les enquêtes anti-dumping et anti-subvention initiées par la filière chinoise des vins et spiritueux à l'encontre du vignoble européen, jugé inéquitablement aidé pour ses exportations. Cette résolution à l'amiable du conflit a été obtenue par la bonne coopération entre le Comité Européen des Entreprises des Vins, Vins Aromatisés, Vins Mousseux, Vins de Liqueur et Autres Produits de la Vigne (CEEV) et la branche vins de l'Association Chinoise des Boissons Alcoolisées (CADA). Dès la résolution de ce conflit, ces deux organismes ont signé un mémorandum pour maintenir le dialogue chèrement mis en place.

 

Souhaitant éviter de nouvelles incompréhensions, ce dialogue sino-européen s'est donné l'objectif de « fluidifier les relations, rapprocher les opérateurs par la coopération et améliorer la connaissance du vin du consommateur chinois » rapporte Bethléem Dubois. Coordonnant le projet au CEEV, elle précise que cette ambitieuse feuille de route s'est concrétisée en juillet 2014, quand « 12 grandes entreprises viti-vinicoles se sont engagées pour deux ans à collaborer. Un consortium européen coordonné par CEEV et composé par des associations professionnelles nationales et des sociétés leader en France, Espagne, Italie et Portugal (Codorniu, Moët Hennessy, Pernod Ricard, Torres...) facilite la mise en place des activités d’assistance technique vitivinicole avec leurs homologues chinois. Les sociétés chinoises (COFCO, Changyu, Dynasty...) aident l'organisation de dégustation et font la promotion de la consommation raisonnable de vins en Chine. »

Gagnant-gagnant, ce partenariat polyvalent* se décline en huit volets :

- la dégustations de vins européens en Chine (l'événement China International Alcoholic Drinks en accueillera une fin mars, à Luzhou) ;

- la plantation de vignobles expérimentaux en Chine (mise en place prévue au printemps 2016, avec des séminaires en 2015) ;

- une assistance technique dans la plantation et les techniques de mécanisation en Chine ;

- des échanges sur les pratiques viticoles et oenologiques (visites d’étude, séminaires et formations sur échanges) ;

- un enrichissement des techniques de marketing ;

- l'amélioration du suivi qualité et de la traçabilité des vins ;

- l'apprentissage chinois du système européen de protection des Indications Géographiques et la classification des vins ;

- la facilitation de la coopération avec des institutions académique et scientifiques spécialisées européennes.

Ces échanges ont abouti l'an dernier à l'accueil de stagiaires chinois, envoyés en Europe par leurs sociétés pour perfectionner leurs techniques de vinification (« winemakers internship »). Si aucune société française n'a participé (elles étaient principalement espagnoles et italiennes), Bethléem Dubois invite les entrepreneurs français à s'intéresser à ces échanges de bons procédés, reconduits en septembre 2015 et ouverts aux entreprises qui ne comptent pas parmi les membres fondateurs.

 

* : ou « consortium business-to-business », vocation internationale oblige.

 

 

[Photo : Zhou Pan de Changyu Brandy Company, lors d’une dégustation de vins dans les locaux techniques de Miguel Torres : Torres]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé