LE FIL

Languedoc-Roussillon

Satisfecit autour des résultats excellents

Jeudi 12 mars 2015 par Bertrand Collard La Vigne Vitisphere

Languedoc-Roussillon : satisfecit autour des résultats excellents

« Et si le Languedoc-Roussillon était la locomotive des vins français ? » C’est par cette question un brin provocatrice que Jacques Gravegeal, a démarré la première conférence de presse d’Inter Sud de France à Paris. Le président de la fédération des trois interprofessions du Midi (Inter Oc, CIVL et CIVR) n’a pas tardé à y répondre par l’affirmative. Il a d’abord rappelé que le Languedoc-Roussillon est le premier vignoble de France, avec 12,4 millions d’hl produits en 2014.

« Nous sommes aussi le premier rayon vin en grandes surface par le volume de vente. Nous souhaitons le devenir en chiffre d’affaires. Laissez-nous le temps », a poursuivi Jacques Gravegeal. Puis il a égrené : « premier vignoble bio, avec 32 % des superficies françaises en bio, premier vignoble de vins doux naturels, première région productrice de vins de cépages, premier vignoble de rosés. »

« Premiers en superficie, premiers en diversité et bientôt premiers en valeur », a renchéri Fabrice Rieu, président de l’interprofession des vins du Roussillon (CIVR).

« En grande distribution française, nous vendons autant de vins que Bordeaux, la vallée du Rhône et le val de Loire réunis, a complété Olivier Simonou vice-président d’Inter Oc (soit 280 millions de litres en 2014). Pour la valorisation, nous avons encore des progrès à faire, mais notre chiffre d’affaires des progresse plus rapidement que nos volumes. En chiffre d’affaires, nous n’avons que 40 millions d’euros de retard par rapport au premier. En 2014, les ventes de vins de Bordeaux s’élèvent à 880 millions d’euros, celles du Languedoc-Roussillon à 840 millions d’euros ».

Et à l’export, même topo. Le Languedoc-Roussillon occupe la première place des régions françaises avec 25 % du total des vins français exportés en 2014. Et il progresse sur presque toutes les destinations.

Jamais les responsables régionaux n’avait fait assaut d’autant de triomphalisme. C’est la bonne santé de leur filière qui les a incités à sortir de leur réserve. Et une bonne entente apparemment retrouvée sous la houlette de Jacques Graveagal. « On nous a trop souvent opposés entre AOP et IGP. Mais nous sommes ensembles pour apporter une réponse à tous les consommateurs qui veulent se délecter lorsqu’ils boivent nos vins. »

Légende :  Olivier Simonou, vice-président d’Inter Oc, Xavier de Volontat, vice-président du CIVL, Jacques Gravegeal, président de la fédération Inter Sud de France et Fabrice Rieu, président du CIVR

CP: B. Collard

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé