LE FIL

Assurance coup dur viticole

Commercialisable en octobre promet Jérôme Despey

Jeudi 12 mars 2015 par Alexandre Abellan

Assurance coup dur viticole : commercialisable en octobre promet Jérôme Despey

« Il faut que la filière viticole ait préparé cet été son assurance récolte, pour que le produit soit commercialisable en octobre », tel est le calendrier ambitieux fixé par Jérôme Despey, le président du Conseil Spécialisé Vin de FranceAgriMer. Minimisant l'incompréhension latente entre filière et assureurs , il reste donc convaincu que le vignoble français touche au but, et arrive dans la phase finale de couverture de son risque coup dur. La partie est pourtant loin d'être finie, la filière doit désormais fixer un plafond du capital assuré, par région et segment.

Cette hâte fait suite au tollé provoqué par l'annonce d'une assurance socle indexée sur les coûts de production viticoles par Groupama (cliquer ici pour en savoir plus). « On ne peut pas appréhender l'assurance récolte par le coût de production » confirme Jérôme Despey, qui ajoute que « réglementairement les Fraudes ont par le passé rappelé à l'ordre des interprofessions qui utilisaient ces indicateurs, pouvant passer pour des moyens d'entente sur les prix ».

Une fois le capital garanti plafonné, la filière aura encore à débattre avec les assureurs du coût de prime à l'hectare de ce nouvel outil. Ainsi que de s'assurer auprès du ministère du maintien des aides à l'assurance. « Ce système ne peut être acceptable pour les viticulteurs qu'avec un soutien communautaire à 65 %. Il faut se donner les moyen de l'enclencher » tranche Jérôme Despey, rappelant que ce contrat doit permettre « d'éviter que des aléas climatiques mettent en détresse économique une exploitation, qui a des charges fixes à honorer au-delà de ses pertes commerciales. »

 

 

[Photo : Jérôme Despey le 6 novembre 2014, lors du salon Dionysud (Béziers)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé