LE FIL

Menaces sur la vigne

Appréhensions et mobilisation face à la loi de santé publique 2015

Lundi 16 février 2015 par Alexandre Abellan

Menaces sur la vigne : appréhensions et mobilisation face à la loi de santé publique 2015

La suppression du terme abus de la mention légale « l'abus d'alcool est dangereux pour la santé » et le grossissement du logo « femme-enceinte » sur les étiquettes de vins, telles sont les deux mesures que le sénateur girondin Gérard César pressent au tournant de la prochaine loi de santé publique. Ruant dans les brancards à l'occasion de la dernière assemblée générale de la Fédération des Vignerons Indépendants de Gironde*, il estime « qu'il y a le feu, le texte commence à être étudié début mars. Il est important de souligner que la consommation modérée de vins est bénéfique à la santé. Les femmes enceintes savent bien qu'il ne leur faut ni boire, ni fumer... Aux Etats-Unis, ils refusent le logo "femme-enceinte" sur les étiquettes, la prohibition n'est plus américaine, elle devient française ! »

Des craintes déjà évoquées l'an passé (ainsi qu'une application rigoriste de la loi Evin sur internet), mais qui semblent d'autant plus tangibles que la filière des vins ne cesse de provoquer le débat en amont pour ne pas risquer de le subir. En témoigne la campagne pour la clarification de la loi Evin (lancée l'été dernier par Vin & Société), la lettre commune des organisations professionnelles viticoles aux députés (envoyée ce début février) et la table ronde « comment concilier vin et enjeux de santé publique ? » (organisée demain après-midi par l'Association Nationale des Elus de la Vigne et du vin, l'ANEV). Infatigable défenseur des vins hexagonaux, Gérard César ne manquera pas d'y assister, et d'expliquer que ce n'est pas tant l'orientation donnée par le gouvernement à cette loi qu'il craint, que « les amendements faits par tel ou tel groupuscule, je pense notamment à l'Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie, l'ANPAA ».

 

Egalement président des maires de Gironde, Gérard César alertait les vignerons rassemblés sur la rédaction du nouvel arrêté préfectoral encadrant les traitements phytosanitaires à proximité des écoles. Adopté après l'intoxication d'écoliers à Villeneuve-de-Blaye, ce texte interdisait l'an dernier les épandages phytos à moins de 50 mètres d'un établissement scolaire, et pourrait être durci en 2015 (augmentation du périmètre de sûreté, obligation de mise en place de haies, élargissement aux maisons de retraite, centres de loisir, habitations...). Pour le sénateur, cela reviendrait en Gironde à devoir choisir entre le vignoble et les habitation : « cela prend une tournure où les vignerons sont corvéables à merci.... »

 

 

* : Facétieux, il rappelait ainsi qu'à l'occasion de la Loi d'Avenir pour l'Agriculture, « le vin a été classé au patrimoine national. Des collègues ont rajouté la bière, ce qui est aberrant... »

 

 

[Photo : Gérard César ce 13 février à la maison des vignerons d'Aquitaine]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé